Maroc

Tourisme : le Maroc boucle l’année 2022 avec 10,9 millions de touristes

En accueillant 10,9 millions de touristes en 2022 contre 12,9 millions en 2019, la destination Maroc a récupéré 84% de son activité d’avant Covid-19, selon Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale. 

Si les aéroports nationaux ont récupéré 82,12% de leur trafic et 83,02% de leurs mouvements aéroportuaires en 2022 par rapport à 2019, les établissements d’hébergement touristique (EHT) en sont, quant à eux, à 84% de leur activité par rapport à la même année de référence.

«Le Maroc a accueilli 10,9 millions de touristes, soit près de 11 millions, sachant que le taux de récupération à l’international n’a pas dépassé 65%», a annoncé Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale lors de la séance des questions orales, tenue ce lundi 23 janvier 2023 à la Chambre des représentants.

La même tendance est observée en termes de recettes touristiques. En comparaison avec 2019, les recettes de voyages ont dépassé leur niveau antérieur à la crise, soit 112% à fin novembre 2022. Elles ont ainsi cumulé un montant de 81,7 MMDH durant les 11 premiers mois de 2022, selon la ministre. En attendant les chiffres de l’Office des changes, au titre du mois de décembre, les estimations réalisées par Bank Al-Maghrib tablent, quant à elles, sur une amélioration, de 88,8 MMDH.

Selon plusieurs experts, cette projection, bien que liée au contexte de reprise de l’activité touristique depuis la relance des vols en février 2022, est attribuable en partie à l’inflation. Ils estiment, en effet, que durant la saison 2019, le secteur touristique a généré 78,6 MMDH grâce aux séjours de 12,9 millions de touristes, soit un écart de 16% en termes d’arrivées en comparaison avec 2022.

Nuitées : 73% de taux de récupération, selon les estimations
Pour ce qui est des nuitées, la destination Maroc en a généré 25,2 millions en 2019. Selon les estimations, et en attendant la publication des chiffres officiels, le secteur devrait terminer l’année à plus de 18,5 millions de nuitées, soit plus de 73% de taux de récupération.

En 2023, l’objectif désormais – dans le cadre de ce contexte de relance touristique – est d’accélérer progressivement la cadence en doublant le chiffre réalisé en 2019. D’une part, en captant 17 millions de touristes à l’horizon 2026 et, d’autre part, en atteignant le chiffre record de 26 millions en 2030. Pour ce faire, la feuille de route s’articule, selon la ministre, autour de trois axes principaux : la sécurisation du maximum de sièges, à travers le développement des connectivités aériennes. (Dans ce sens, l’objectif pour 2023, est de cibler 8,2 millions de sièges de l’ONMT en matière de capacité projetée). Les deux autres axes de cette feuille de route tablent sur la stimulation de l’investissement privé et la structuration de l’offre hôtelière basée sur la mise à niveau du parc hôtelier existant et la création de nouvelles capacités hôtelières de façon à mieux répondre à la demande touristique.

À noter que ce redressement de l’activité est essentiellement attribuable au plan d’urgence, signé le 18 janvier 2022, consistant en une enveloppe budgétaire de 2 MMDH afin d’assurer l’accompagnement financier nécessaire à la relance du secteur, notamment en faveur des professionnels du tourisme. Il va sans dire que les cinq mesures phares de ce plan ont consolidé la résilience du secteur après plus de 22 mois de crise sanitaire.

Plan d’urgence : 737 établissements bénéficiaires
Fatim-Zahra Ammor a mis en exergue le plan d’urgence évoqué ci-dessus, d’une enveloppe budgétaire 2 MMDH. «Sur ces 2 MMDH alloués au plan d’urgence, la moitié de cette somme, soit 1 MMDH a été dédiée à la mise à niveau des infrastructures hôtelières afin que les touristes séjournant au Maroc soient accueillis dans les meilleures conditions», a affirmé la ministre.

Ainsi, 737 établissements ont pu bénéficier de cette aide. La seconde moitié de cette enveloppe budgétaire a été dédiée à l’appui aux professionnels pour les aider à affronter la crise avec, notamment, la prolongation de l’indemnisation de 2.000 dirhams, bénéficiant à quelque 40.000 personnes.

Citons également le report du paiement des cotisations dues à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et celui du remboursement des crédits bancaires avec la prise en charge des intérêts par l’État. À signaler, à cet égard, que le nombre de demandes reçues s’est élevé à 1.800. Il y a lieu de rappeler, dans la même logique, la prise en charge par l’État de la taxe professionnelle des hôteliers en faveur de 1.350 unités.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page