Maroc

Tendance suicidaire

La pilule était trop grosse pour être avalée et elle n’est donc pas passée, même une semaine après ! Par la gravité de ses dégâts, l’accident impliquant le tramway casablancais, causé par un camion poids-lourds, ne saurait être vite oublié. Ne serait-ce que parce que, sur la trentaine de blessés répertoriés, figure une femme qui y a laissé un bras. Certes, une enquête a été ouverte pour élucider les causes de l’accident et devrait probablement disculper le chauffeur du tram. D’accord, le nombre d’accidents survenus depuis la mise en service de ce tram (12-12-2012) est en nette diminution d’année en année… Mais force est de constater que les automobilistes marocains en général et casablancais en particulier n’ont pas encore définitivement assimilé les risques qu’ils encourent en entravant le passage du tramway ou en ne respectant pas la signalisation adjacente à ses rails.
Cela, alors que dans l’une des photos montrant le camion encastré dans une rame de ce tram, apparaît clairement un panneau de «stop», surmontant une plaque de signalisation bleue. Celle-ci indique la traversée d’une plateforme de tramway et invite les usagers de la route à s’arrêter
et céder le passage au tramway.
Outrepasser une telle règle relève de l’inconscience, de la folie, voire de la tendance suicidaire. Seules les conclusions de l’enquête révéleront si le camionneur a volontairement voulu passer la voie ou si les freins de son véhicule ont lâché. Dans cette dernière hypothèse, il devient urgent de diligenter d’autres types d’enquêtes, cette fois-ci, au niveau des transporteurs routiers, mais aussi des centres de visites techniques. Le laisser-aller peut parfois coûter très cher. Un bras, c’est déjà beaucoup, peut-être même toute une vie brisée. C’en est trop ! 


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page