Maroc

SONDAGE/Covid: les préoccupations majeures des marocains avec la crise

Le think tank marocain, Policy Center for the New South, a analysé la perception des Marocains à l’égard de la pandémie du coronavirus et des politiques publiques mises en place pour stopper sa propagation. Une enquête qui révèle surtout les préoccupations majeures de la population marocaine en cette période de crise. Décryptage.

Quelle est la perception des Marocains face à la crise sanitaire que nous traversons ? Des éléments de réponse, édifiants, sont apportés par les conclusions d’une enquête menée par le Policy Center for the New South (PCNS) et fraîchement publiée. Intitulée «Attitudes des populations face à la pandémie de Covid-19», ladite étude avait pour but d’analyser la perception des Marocains sur la base de sondages réalisés par IPOS Maroc en juin, juillet et septembre 2020. Selon un communiqué du PCNS, cette enquête s’inscrit dans le cadre du programme de recherche «Attitudes Towards Covid-19», réalisé avec un consortium de partenaires académiques internationaux et d’agences, à savoir Sciences Po, Harvard Business School, Bocconi University, Banque mondiale, McGill University, Toulouse School of Economics, Agence française de développement, Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), Université Mohammed VI Polytechnique ou encore Université de Hanovre. Ce programme vise à comparer les données recueillies dans 8 pays européens, 7 pays africains, dont le Maroc ainsi que le Brésil, le Canada, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. L’enquête, menée au Maroc, révèle qu’au début de la pandémie, les Marocains ont salué l’intervention du roi pour mobiliser le pays contre la Covid-19. Ils ont également plébiscité les instructions données aux Forces armées royales pour venir en appui aux autorités avec la logistique sanitaire, ainsi que les orientations indiquées au gouvernement pour soutenir les populations vulnérables et l’économie nationale. Lors du premier sondage, réalisé en juin dernier sur les problèmes les plus urgents et les plus importants au Maroc, 25% des sondés ont désigné la Covid-19, 18% ont indiqué le chômage, 15% ont évoqué la crise économique et 8% l’éducation.

Pour ce qui est de la nature de la Covid-19 et la manière de stopper sa propagation, 35% des Marocains pensent qu’il s’agit d’une maladie mystique et 53% d’entre eux estiment que se laver les mains empêche d’attraper le virus. Toujours dans le cadre de ce premier sondage, 7% des Marocains ont affirmé éprouver de la colère à l’égard de la situation liée au coronavirus au Maroc, 27% de l’espoir et 5% de la peur. De même, 7% déclarent ressentir de la colère à l’égard de l’action du gouvernement, 20% de l’espoir et 5% de la peur. Dans le deuxième sondage, réalisé en juillet 2020, il semble que la perception des Marocains ait quelque peu changé. Ainsi, le chômage est devenu le problème le plus important pour le Maroc, avec un pourcentage de 23%, la Covid-19 retient toujours l’attention chez 22% des sondés. Arrive ensuite la crise économique avec 14% des voix et enfin l’éducation avec 9%.
Concernant l’action du chef de gouvernement, seuls 21% ont déclaré être satisfaits contre 43% insatisfaits. Si l’on compare les réponses de cette deuxième vague à celles du premier sondage, il ressort que la satisfaction à l’égard du chef de gouvernement a baissé passant de 24% à 21%, et le degré d’insatisfaction a connu une évolution passant de 33% à 43%. Quant aux sentiments à l’égard de l’action du gouvernement, le pourcentage des sondés ressentant de la colère a évolué, passant de 7% à 11%, alors que le taux d’espoir a baissé, allant de 20% à 12%. Pour ce qui est de la peur, elle a également augmenté avec un pourcentage de 7% contre 5% lors du premier sondage. Les résultats de la troisième vague de sondage montrent que la Covid-19 est redevenue une préoccupation majeure en septembre pour les Marocains qui estiment, pour 22% d’entre eux, que la pandémie fait partie des problèmes les plus importants pour le royaume, tandis que 19% ont répondu chômage et 13% éducation.

Par ailleurs, 15% éprouvent de la colère contre la situation liée à la Covid-19 au Maroc, 17% de l’espoir et 10% de la peur, alors que 18% indiquent ressentir de la colère contre l’action du chef de gouvernement, 8% de l’espoir et 13% de la peur. Ainsi, en septembre, 50% des personnes sondées ont fait part de leur insatisfaction à l’égard de l’action du chef de gouvernement, alors que seuls 15% se sont dits satisfaits.

Sur le volet économique, et concernant notamment la prévision d’une récession de l’ordre de 1% de l’économie marocaine, 17% des sondés pensent qu’il s’agit d’une prévision extrêmement optimiste et 11% qu’elle est trop pessimiste. Idem pour la prévision d’une récession de 5% : 9% la jugent trop optimiste et 15,1% trop pessimiste. De manière générale, le PCNS indique que les sondés affichent des inquiétudes concernant les retombées économiques de la crise et évoquent des moments de mal-être psychologique. En effet, souligne la même source, les Marocains ont exprimé des doutes sur l’efficacité des mesures prises par le gouvernement pour faire face à la pandémie. «Cette évolution se retrouve dans d’autres pays, au gré des résurgences d’une pandémie qui persiste et fait de plus en plus sentir ses effets sanitaires, économiques, psychologiques et sociaux», est-il expliqué par le PCNS. Enfin, précisons que les sondages ont concerné, respectivement 997, 1.000 et 1.500 personnes en juin, juillet et septembre derniers. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page