Maroc

Secteur de la presse : la subvention revue à la hausse, mais pas que !

De nouvelles orientations en vue concernant la presse, ce secteur qui se veut à la fois crucial et stratégique pour le pays. La subvention allouée aux médias devrait être revue à la hausse.

Le gouvernement exprime sa volonté d’assister partiellement les groupes de presse avec une enveloppe supplémentaire. «Une réflexion est en cours concernant le passage de la subvention classique à la presse vers l’investissement et la création de grands pôles médiatiques», a annoncé le ministre de la Jeunesse, de la culture et de la communication, Mehdi Bensaid.

«Il est attendu que ces grands pôles médiatiques jouent un rôle non seulement à l’échelle du Maroc, mais aussi au niveau international en guise de défense des questions nationales», a indiqué le ministre. Nul n’ignore que l’inflation découlant de la crise économique qui a suivi le Covid, malheureusement renforcée par la guerre en Ukraine, a sévèrement touché le secteur de la presse. En ce sens, l’État a bien voulu apporter sa contribution.

À ce propos Fatima Ouriaghli, vice-présidente du Conseil national de la presse, déclare aux Inspirations ÉCO: «En 2023, la presse bénéficiera d’un accompagnement à l’investissement, le but étant la mise à niveau de l’entreprise de presse». Et d’ajouter que les pouvoirs publics ont décidé d’accorder un budget afin que les entreprises puissent investir dans les nouvelles technologies de l’information qui ont montré leurs preuves depuis la crise sanitaire». Il s’agira également d’investir dans la formation du métier du journaliste, ajoute Ouriaghli.

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont décidé de prendre en charge les salaires des journalistes et collaborateurs de la presse durant les trois derniers mois de l’année courante, nous confie Ourghiali. «Cette aide est considérée comme une subvention exceptionnelle afin de soutenir le secteur de la presse, écrite ou digitale», affirme-t-elle.

Lutte continue contre la désinformation
À l’ère de la numérisation médiatique, les fake news prennent une ampleur considérable et ce, à l’échelle mondiale. Mehdi Bensaid a fait savoir que la scène médiatique comptait plus de 900 sites électroniques. Le ministère exprime sa préoccupation quant à l’amélioration des services médiatiques proposés pour faire face aux fake news. Les efforts de certaines entreprises pour le lancement de chaînes de télévisions privées ont également été évoqués. Le but étant de restructurer la sphère médiatique.

L’accompagnement de l’investissement vise également la lutte contre la désinformation qui bloque aujourd’hui l’information crédible, indique Fatima Zahra Ouriaghli. Par ailleurs, le ministre reconnaît que le soutien accordé à la presse, sous la précédente loi de Finances, qui s’élevait à environ 35 millions de dirhams, demeure «insuffisant» et a affirmé qu’il sera revu à la hausse.

Pour ce qui est des questions liées au domaine médiatique, Mehdi Bensaid estime qu’elles concernent tout le monde, pas seulement le gouvernement et le Parlement, ajoutant qu’une discussion sera ouverte à ce sujet dans le cadre d’une journée d’étude qui sera organisée par les deux Chambres du Parlement, en présence des différents partenaires et du département de tutelle, afin d’aboutir à des décisions opérationnelles.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page