Maroc

Revalorisation des médinas : les défis à surmonter

La Stratégie nationale de revalorisation touristique des médinas a rencontré quelques blocages lors de son déploiement. Le financement demeure le premier facteur ralentissant sa mise en œuvre. Un autre défi réside dans la faculté d’attirer des opérateurs privés à même de développer ces différents produits et les exploiter durablement. 

Ambitieuse et conçue de manière concertée, la Stratégie nationale de revalorisation touristique des médinas s’est heurtée à certains blocages qui ont eu un impact sur la cadence de sa mise en œuvre. Citons principalement la problématique de mobilisation du financement public pour engager les plans d’action de valorisation touristique des médinas. En effet, les lignes de financement mises à la disposition de la SMIT ne permettent pas de couvrir le besoin global de valorisation de l’ensemble des médinas et ont besoin d’être renforcées pour accompagner pleinement le déploiement de cette stratégie.

Les investissements doivent suivre
Il est à rappeler également que la SMIT s’est basée, dans sa stratégie de déploiement, sur des partenariats avec les Régions et les départements ministériels concernés pour le financement et la réalisation des plans d’action. Or, parfois, ces partenariats peinent à se concrétiser faute de convergence des visions des différents partenaires, ce qui retarde le déploiement des plans de développement planifiés. Se pose ensuite la question de la mise en exploitation et du recours à une gestion plus professionnelle permettant une meilleure valorisation et rentabilisation des actifs. Eu égard à la diversité et à la richesse du patrimoine matériel et immatériel des médinas, et pour améliorer la compétitivité des destinations à caractère touristique et culturel, un intérêt particulier est accordé au renforcement et à la modernisation de la gestion de ces actifs afin d’en faire des produits d’appel pour des touristes en quête d’expériences authentiques.

La diversification, un élément essentiel
La diversité de la nature des actifs patrimoniaux dans les médinas implique une diversité des solutions mises en place. Les fonctions touristiques à injecter au sein de ces actifs peuvent être segmentées comme telles: hébergement; restauration; location d’espaces; offre culturelle, de visite, d’animation, d’exposition… La solution de la mixité d’activités marchandes étant à privilégier afin d’enrichir et diversifier l’offre produit dans les circuits touristiques à développer. Le principal défi reste celui d’attirer des opérateurs privés à même de développer ces différents produits et les exploiter durablement. Les projets de valorisation touristique des monuments historiques impliquent de nombreux frais et investissements. S’associer à un opérateur professionnel, portant un solide projet d’entreprise, est l’alternative pour créer une activité économique rentable. Il ne faut pas oublier de préciser que cette mise en valeur touristique des actifs patrimoniaux est source de retombées économiques. Le développement d’équipements marchands au sein de ces monuments est susceptible de générer de nouvelles sources de revenus, leviers potentiels de sauvegarde et de mise en valeur des biens patrimoniaux. Il représente aussi un véritable outil de développement local. À titre d’exemple, le tourisme patrimonial génère annuellement en France 15 milliards d’euros de retombées économiques.

Des opportunités à saisir
À noter également que le patrimoine et la culture constituent des éléments essentiels du produit touristique «Destination Maroc» en termes d’attractivité et de pratiques touristiques. Le patrimoine, et plus largement le tourisme culturel, sont au fondement de l’attrait touristique du Maroc à l’échelle internationale. Si la demande de produits touristiques culturels est élevée, c’est par ce que «L’art de vivre à la marocaine» suscite un intérêt réel dans lequel le patrimoine a toute sa place. De plus, les touristes de manière générale recherchent, de plus en plus, un tourisme d’expériences autour de la gastronomie, des savoir-faire ainsi que du patrimoine matériel et immatériel. Ces constats laissent entrevoir de nombreuses opportunités pour cette filière d’équipements touristiques marchands, dans les sites patrimoniaux au sein des médinas, dont l’exploitation incomberait à des opérateurs privés spécialisés.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page