Maroc

Ressources en eau : le barrage de M’dez accuse beaucoup de retard

Le barrage de M’dez, qui aurait dû être livré en 2019, accuse beaucoup de retard. Jusqu’à fin juillet 2021, les travaux de construction du barrage ont atteint 72%. Selon plusieurs sources, le barrage ne sera pas opérationnel avant fin 2023, sachant qu’il faut au moins 12 mois pour l’opération de remplissage.

Les travaux de construction du barrage de M’dez accusent beaucoup de retard et atteint, en juillet 2021, à peine 72%. Ce projet, qui est très attendu par les agriculteurs de la province de Sefrou, aurait dû être opérationnel en 2019. Selon plusieurs sources de la Région Fès-Meknès, le barrage ne sera pas opérationnel avant fin 2023, sachant qu’il faut au moins 12 mois pour son remplissage. Nécessitant une enveloppe qui s’élève à 1,5 MMDH, ce grand barrage permettra l’irrigation de la zone de Saiss avec près de 125 millions m3 chaque année et de satisfaire le besoin de la population en eau potable. Il sera bénéfique à plus de 4.800 agriculteurs via l’amélioration du rendement de leurs terres agricoles.


La réalisation de cette infrastructure aura également d’importantes retombées socio-économiques grâce à la création d’emplois, l’amélioration des qualifications de la main-d’œuvre locale et le développement de l’écotourisme à la faveur de l’exploitation de la retenue du barrage qui sera d’une capacité de 700 millions m3. Situé sur l’Oued Sebou, à 58 km au sud-est de la ville de Sefrou, cet édifice constituera une infrastructure hydrique de grande envergure, qui permettra de capter, dans le cadre de la sauvegarde de la plaine de Saïss, les ressources hydriques des zones excédentaires pour faire bénéficier d’autres zones à potentiel de développement ou qui connaissent un déficit pluviométrique. Cela dit, il faut rappeler que la province de Sefrou dispose d’un emplacement géographique favorable puisqu’elle profite du cours d’eau d’Oued Sebou, du barrage Allal El Fassi et des sources d’Ain Regurague, Louata et Timdrine. Elle se caractérise aussi par une pluviométrie moyenne annuelle de 350 mm.

En parallèle avec les travaux de construction du barrage de M’dez, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a mobilisé une enveloppe de 121 MDH pour des projets d’amélioration de l’accès à l’eau potable. Ces projets, qui seront réalisés dans la province de Sefrou, concernent les centres de Ribat Al Khayr, Lmanzel, Imouzzer Kandar et Aghbalou Akourar, ainsi que les communes de Lbhalil, Al-Araj, Ighzaran, Kandar Sidi Khiar, Aïn Chegag et Ahl Sidi Lahcen. Parmi ces projets, trois sont en cours de réalisation à Ribat Al Khayr.

32 barrages en cours
Dans le cadre du programme national 2020-2027 d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation et du programme national de l’eau 2020-2050, la Région Fès-Meknès se prépare à réaliser 32 barrages, dont 4 classés dans la catégorie des barrages à «forte contenance». Nécessitant une enveloppe de 6,7 MMDH, les 4 barrages vont ainsi, permettre l’amélioration des ressources en eaux de la région à hauteur de 1.287 MMm3. D’ici la fin du programme (2027), la capacité de stockage du bassin du Sebou va passer de 5.549 Mm3 à plus de 8 MMm3. Le bassin du Sebou dispose d’une économie agricole et industrielle qui contribue de façon importante à l’économie nationale.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page