Maroc

Pour The Economist, Essaouira, est un modèle de tolérance

 

L’hebdomadaire britannique « The Economist » a qualifié la ville d’Essaouira de « modèle à suivre » en matière de tolérance et de coexistence entre musulmans et juifs.


Cette ville, où les communautés juives et musulmanes vivent en paix et en harmonie, donne l’exemple en matière de cohabitation et d’entente, écrit le magazine anglais.

The Economist décrit l’ambiance qui règne dans cette cité qui illustre le vivre-ensemble qui caractérise la société marocaine authentique.

Essaouira accueille chaque automne un festival de musique andalouse réunissant des centaines de juifs et de musulmans pour un week-end de concerts et dialogue. Baptisé « Festival des Andalousies atlantiques », cet événement connait un fort engouement des festivaliers du monde entier venus célébrer le brassage des cultures.

Lorsque les Juifs ont été expulsés d’Espagne et du Portugal au 15ème siècle, beaucoup d’entre sont venus s’installer au Maroc, ce qui constitue une exception dans le monde arabe, note le magazine britannique.

The Economist rappelle que le Maroc a restauré 110 synagogues dont la dernière en date est celle de Slat Lkahal qui a ouvert à Essaouira pendant le dernier festival de la musique andalouse, en annonçant la prochaine ouverture d’un centre d’études judéo-islamiques dans l’ancienne kasbah.

Le Maroc dispose aussi d’un musée du judaïsme marocain à Casablanca, le seul du genre dans le monde arabe, a conclu le magazine britannique.

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page