Maroc

Personnes âgées: ce qui risque d’arriver d’ici 2030

C’est ce qui ressort de l’étude prospective que vient de publier le HCP à l’occasion de la journée internationale des personnes âgées. Ses démographes révèlent que les 60 ans et plus passeront de 4,3 millions, actuellement, à 6 millions en 2030, avec plus de personnes âgées sujettes à des maladies chroniques, ce qui augmentera les difficultés des caisses de retraite et fragilisera davantage le système de santé.

À l’instar de la communauté internationale, le Maroc a célébré la journée internationale des personnes âgées, vendredi 1er octobre. À cette occasion, le Haut commissariat au plan (HCP) a publié une étude prospective sur les personnes âgées au Maroc. Une étude qui révèle que la pyramide des âges est en train de s’inverser progressivement dans notre pays pour se rapprocher de la structure vieillissante des populations des pays dits développés d’Europe. Autrement dit, comme ce qui se passe dans plusieurs autres pays, le taux de fécondité est en chute libre dans le royaume, alors que l’espérance de vie s’améliore de plus en plus grâce aux progrès de la médecine.


4,3 millions aujourd’hui, plus de 6 millions en 2030
En effet, selon le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), en 2020, le taux de fécondité était de 2,4 enfants par femme et l’espérance de vie des Marocains atteignait 77 ans. Le FNUAP relevait alors que les femmes mariées, âgées de 15 à 49 ans, avaient de plus en plus recours aux méthodes contraceptives modernes avec un taux qui s’élevait à 60%. De manière plus générale, ces femmes sont 70% à utiliser des moyens de contraception, du coup, notre pays ne donne plus naissance à suffisamment de bébés pour grossir les rangs de la population des jeunes.

Cette évolution se traduit par un accroissement de l’effectif des personnes âgées. Ainsi, en 2021, près de 4,3 millions sont âgés de 60 ans et plus, représentant 11,7% de la population totale, alors qu’ils n’étaient que 2,4 millions en 2004, soit 8% de la population totale. Selon les projections démographiques réalisées par le HCP, l’effectif des aînés de 60 ans et plus atteindrait un peu plus de six millions en 2030, soit une augmentation de 42% par rapport à 2021 et représenterait 15,4% de la population totale. Par sexe, le HCP note que les personnes âgées de sexe féminin seront plus nombreuses que les hommes de la même tranche d’âge. En effet, un peu plus de la moitié (51%) des seniors sont actuellement des femmes et leur part atteindrait 52,2% en 2030, en raison de l’augmentation plus rapide de l’espérance de vie des filles à la naissance, est-il expliqué.

Un accroissement plus rapide en milieu urbain
Par zone géographique, l’étude montre que l’effectif des personnes âgées va s’accroître plus rapidement en milieu urbain qu’en milieu rural. Ainsi, les personnes âgées en milieu urbain verront leur effectif se multiplier par 1,5 fois entre 2021 et 2030, passant de 2,8 millions en 2021 à près de 4,2 millions vers 2030. Par contre, en milieu rural, l’effectif des «aînés» va connaître une multiplication par un coefficient de 1,2, en passant, au cours de la même période, de 1,5 million à environ 1,8 million. Les disparités démographiques régionales resteront importantes. On pourra distinguer trois groupes de régions. Celles où le poids démographique des personnes âgées est important, à savoir : l’Oriental, Béni Mellal-Khénifra, Grand Casablanca-Settat et Fès-Meknès avec plus de 13% de la population locale. Celles où ce poids est faible : Laâyoune-Sakia El Hamara, Eddakhla-Oued Eddahab, (7,5%). Et celles (les plus nombreuses) situées entre les deux, notamment : Souss-Massa, Guelmim-Oued Noun, Rabat-Salé-Kénitra, Drâa-Tafilalet, Marrakech-Safi et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (Voir graphique). Le HCP annonce que cette configuration restera à peu près inchangée sur les dix ans de l’étude.

Un défi pour la généralisation de la couverture médicale
Plus inquiétant, l’équipe d’Ahmed Lahlimi pointe du doigt le fait qu’il y aura plus de personnes âgées porteuses de maladies chroniques, ce qui risque d’aggraver les difficultés auxquelles seraient confrontées les caisses de retraite et le système de santé. Au moment où le Maroc s’apprête à généraliser la couverture médicale à toute sa population, cette explosion des dépenses médicales en vue n’est vraiment pas la bienvenue.

Plus nombreux, les 70 ans et plus corseront la facture

Les personnes de 70 ans et plus, qui méritent une attention particulière compte tenu de leur vulnérabilité face à la maladie, au handicap et à la précarité des conditions de vie, seront de plus en plus nombreuses. Sous l’effet de l’amélioration des conditions de survie, leur effectif, s’accroîtra rapidement passant de1,6 million en 2021 à près de 2,6 millions en 2030, soit une augmentation de 63%. Leur poids démographique pourrait ainsi atteindre 6,7% en 2030 au lieu de 4,4% actuellement. Et comme c’est la population la plus susceptible d’avoir des maladies chroniques et de tomber dans une situation de dépendance, elles donneront du vrai fil à retordre aux caisses de retraite et au système de santé.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page