Maroc

Merci Tayeb !

Petite, vous faisiez sûrement partie de ses acteurs ancrés dans ma mémoire, le prototype même de l’acteur, ceux qu’on voit à la télévision et qui semblent tellement irréels, trop beaux pour être vrais. Je ne connaissais pas votre nom, j’étais trop jeune mais si à 3 ou 4 ans, on me posait la question : «Qu’est-ce qu’un acteur pour toi ?», je vous aurais pointé du doigt, vous et cette chevelure incroyable, ce charisme à couper le souffle, ces yeux impressionnants, maquillés et tellement viriles. Vous étiez un pirate raffiné du théâtre. Je ne vous comprenais pas toujours, je vous suivais, éblouie par ce talent, cette présence qui crevait l’écran. Petite, je vous ai rencontré par hasard. Un concours de circonstances, des amis d’amis et je me souviens de cette voix qui résonnait. Quelle voix ! On aurait dit que vous étiez au théâtre, sur scène. Votre voix portait. Je me souviens aussi avoir échoué dans vos bras mais mes souvenirs sont lointains… Plus grande, vous étiez toujours là, avec vos projets fous, vos pièces souvent incomprises, cette fougue et cette passion qui vous caractérisaient. Vous étiez «spécial», beaucoup le disaient. Vous êtes sûrement la définition même d’un artiste. Un savant fou dont  l’énergie peut déranger certains mais qui fait tellement. Débordant de créativité et avant-gardiste, vous aviez su faire revivre un art vivant mais presque mort au Maroc : le théâtre. Enfant d’Essaouira, et ce n’est pas très étonnant d’ailleurs, vous avez puisé cette créativité dans cette ville et vous avez enchanté le monde de la culture, de l’art, de l’écriture. Une plume et un acteur, vous resterez toujours ce Molière des temps modernes, un Molière marocain, un comédien tout droit sorti de la Comedia dell’ arte. Paix à votre âme, grand homme. 



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page