Maroc

Marrakech se dote d’un Jurassik park

Le parc propose, entre autres, un univers de dinosaures, une trentaine d’attractions ludiques ainsi qu’un amphithéâtre de 500 places. L’établissement table sur 500.000 visiteurs par an.

Un jardin, peuplé d’une trentaine d’espèces de dinosaures, presque aussi vraies que nature, une piscine   géantes pour 350 personnes, ainsi qu’une salle de spectacle d’une capacité de 500 places. C’est, en quelques mots, l’offre du Palooza Land, nouveau parc d’attractions de Marrakech. Bâti sur une superficie de 24.000 m² et disposant d’une capacité d’accueil de 6.500 à 7.000 personnes par jour, l’établissement est le premier parc à thèmes de la ville. «En plus d’être une destination City-break Marrakech est désormais une destination famille et de tourisme d’école», s’est réjouit Lahcen Haddad, ministre du Tourisme et parrain de l’inauguration du parc, lundi dernier. Une vision qui cadre, tout parfaitement, avec la vocation pédagogique, ludique et touristique du parc, telle que l’explique Othman Benabdeljelil, fondateur de Parthenon Holding, initiateur du projet. «Palooza Land est destiné à tous les publics», déclare le fondateur. «Palooza Land devrait accueillir près de 500.000 visiteurs par an», avance Benabdeljelil. Un chiffre qui viendrait par ailleurs renforcer l’offre touristique de la région.


Il faut en effet rappeler que les parcs d’attractions au Maroc restent concentrés sur l’axe Casablanca-Rabat et disposent de capacités d’accueil limitées, alors que la demande nationale, en termes d’animation, a connu une hausse au cours de la dernière décennie, notamment avec la croissance des dépenses des foyers de la classe moyenne dans les activités de loisirs, combinée à la croissance démographique. Toujours sur le plan touristique, notons que le renforcement de l’offre de divertissement constitue aujourd’hui une priorité des pouvoirs publics. «Notre objectif est d’arriver à 10 parcs à thèmes au niveau de Marrakech, Agadir, Casablanca, Fès et Tanger», confie Haddad. Une volonté qui, selon le ministre, se traduit par l’encouragement des investissements dans ce secteur d’où sa présence à l’événement. À ce propos, il faut savoir que, la construction du Palooza Land a nécessité un budget de 70 millions de DH et 2 ans de travaux. Un investissement qui, en attendant les retombées pédagogiques et touristiques, devrait, à terme, générer environ 50 emplois directs et plus de 70 emplois indirects.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page