Maroc

Marouane Abdelati : “L’industrie est le principal secteur dominant les intentions d’investissements”

Entretien avec Marouane Abdelati, Directeur général du Conseil régional de l’investissement (CRI) de la Région Souss-Massa

Marouane Abdelati, DG du CRI de la Région Souss-Massa démontre l’apport de son établissement dans la réalisation de l’un des principaux objectifs stratégiques du NMD. Il annonce que l’industrie domine les intentions d’investissement dans la Région et fait le point sur le développement des niches de croissance sur lesquelles mise la Région.


Pour atteindre le niveau de développement souhaité en 2035, le Nouveau modèle de développement place l’emploi au cœur de ses priorités. De quelle façon le CRI Souss-Massa contribue-t-il à l’amélioration de cet indicateur clé au sein de la Région ?
Le CRI contribue à la création de l’emploi à travers deux principaux volets. Tout d’abord, à travers le volet relatif à l’attraction et l’accompagnement de bout en bout des grands projets d’investissement au sein de la Région. Ceci, qu’il s’agisse de projets relevant de l’activité touristique, de l’aquaculture, du secteur du BTP, des énergies et mines, du commerce et services ou des projets industriels appartenant aux différents écosystèmes relevant du Plan d’accélération industrielle. Ce dernier, rappelons- le, a prévu la création de 24.000 emplois au sein de la Région Souss-Massa. S’agissant du second volet lié à l’accompagnement du tissu régional des PME, TPE, auto entrepreneurs et coopératives, le CRI déploie une panoplie d’actions et de conventions conclues avec ses partenaires publics et privés. L’objectif assigné à l’ensemble de ces actions est de favoriser la création d’emplois productifs tout en stimulant l’entrepreneuriat. A cet égard, notre établissement assiste les porteurs de projets dans l’élaboration des documents juridiques nécessaires à la création d’entreprises. Également, il les informe des différentes offres de financement existantes et les accompagne dans le montage et la fiabilisation de leur business plan. Notre intervention porte également sur la pérennisation des emplois créés et ce, à travers des actions d’accompagnement post-création. À titre d’exemple, le CRI a accompagné les traiteurs, les artisans et les coopératives en matière de digitalisation. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des actions entreprises par le CRI Souss-Massa, en vue de faire face aux conséquences de la crise sanitaire et de favoriser la relance économique.

Le CRI a dressé son second bilan annuel dans le cadre de la réforme des CRIs 2.0. Quels sont les principaux secteurs qui dominent actuellement les intentions d’investissement et qu’en est-il des niches de croissance sur lesquelles la Région peut tabler ?
Au cours de l’exercice 2020, le principal secteur qui a dominé les intentions d’investissement est l’industrie. L’ensemble des projets industriels qui ont été validés, dans le cadre la Commission régionale unifiée d’investissement, représentent 66% du montant global d’investissement annoncé en 2020. Ce secteur est suivi par les mines à hauteur de 18% du montant global d’investissement alors que le BTP a capté une part égale à 10% du montant global. S’agissant des niches de croissance, l’offshoring demeure actuellement l’un des secteurs pour lesquelles la Région affiche un énorme potentiel. En effet, Souss-Massa dispose d’un vivier riche de lauréats et de compétences issues des différentes formations publiques et privés. Les acteurs de l’écosystème du digital s’implantent de plus en plus dans la Région grâce à la dynamique que connaît ce secteur. La Région a développé aussi ses infrastructures d’accueil et d’incubation en faveur des entreprises opérant dans les domaines des NTIC et a mis en place des incitations régionales pour l’écosystèmes de l’offshoring, parmi d’autres. Dans ce sens, la Région a prévu une subvention de 250 DH/m² de plancher, plafonnée à 1 ha, et une prime à l’emploi pouvant atteindre 10.000 DH par emploi stable créé. Pour ce qui est du tourisme, Souss-Massa table aussi sur le développement de cette activité de façon à élargir son offre pour inclure, entre autres, un tourisme avec des dimensions durables et écologiques, un tourisme d’affaires, mais aussi un tourisme culturel et médical,… À ce titre, et à l’instar de ce que nous avons fait pour valoriser l’offre en foncier industriel, nous avons travaillé sur un Guide des opportunités d’investissement touristique dans les territoires du Souss-Massa. Ce nouveau guide met en avant les particularités de chacune des zones identifiées pour abriter les différents projets touristiques ainsi que les vocations diverses de l’ensemble de ces zones couvrant la totalité du territoire de la région.

Justement, 30 zones dédiées à l’investissement touristique ont été identifiées à l’échelle de la Région dans le cadre de ce nouveau guide. Quel est le potentiel du tourisme dans le cadre de cette nouvelle logique d’aménagement touristique ?
La Région Souss-Massa continue d’œuvrer pour insuffler une nouvelle dynamique au secteur du tourisme, un des principaux vecteurs de croissance au niveau régional et qui contribue de façon majeure, directement et indirectement, à la création de la richesse régionale, soit 15,1% du PIB national du secteur touristique en 2019. Avec l’arrivée du Plan de développement urbain (PDU) ainsi que les grands projets structurants de la ville, la région est aujourd’hui prête à réinventer son offre afin d’accueillir de nouveaux projets touristiques qui s’ajoutent à l’offre existante. À ce titre, la Région a identifié près de 3.300 ha répartis sur l’ensemble de ses préfectures et provinces. Trente zones touristiques ont été identifiées avec des vocations diverses et qui respectent les particularités de chaque territoire. L’idée est de développer, en plus du tourisme balnéaire, de nouvelles niches qui viendront enrichir l’offre de la Région. Citons à titre d’exemple : le tourisme d’affaires, l’éco-tourisme, le tourisme sportif. Ces zones sont aujourd’hui prêtes à accueillir des projets touristiques de diverses tailles.

Durant ce contexte de crise, notamment de pandémie de la Covid-19, comment se porte la création des entreprises dans la Région ?
Durant cette dernière décennie, la Région Souss-Massa a connu, selon les chiffres de l’OMPIC, une augmentation du nombre d’entreprises créés, passant ainsi de 3.390 créations en 2012 à 6.108 en 2020 avant d’atteindre l’équivalent de 6.400 créations en 2021 et ce, malgré le contexte pandémique. En comparaison avec les deux derniers exercices, le taux de croissance a enregistré une accélération entre 2020 et 2021, en se situant à 4,56%, soit un taux supérieur à la moyenne observée durant les 10 dernières années (3,76%). Au total, l’évolution du nombre de créations d’entreprises durant les dix dernières années, entre l’année 2012 et 2021, a affiché une augmentation à deux chiffres de l’ordre de 37,65%.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO Suppléments


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page