Maroc

L’investissement et le taux directeur: ce qu’en pense Adil Douiri (VIDEO)

Entrepreneur et homme politique, Adil Douiri, fondateur du groupe Mutandis, qui dispose d’une connaissance élargie du tissu économique et industriel du pays, s’est prêté au jeu des questions-réponses de l’Invité des ÉCO. Il a ainsi livré une analyse contextuelle, eu égard aux contraintes conjoncturelles qui se sont imposées. Une discussion à bâtons rompus. Tour d’horizon.

Sur le plan des investissements, notamment dans un secteur industriel en plein essor, l’entrepreneur reste optimiste. Il estime que la nouvelle Charte de l’investissement est généreuse en termes de subventions. Mais il ne suffit pas d’accorder des subventions, la chasse aux idées s’avère primordiale, d’où l’utilité et l’importance de la banque des projets préparés par le ministère de l’Industrie. S’ajoute à cela la compréhension des marchés qui doit être fournie aux investisseurs.

«À mon sens, le Maroc a réussi à combattre les confusions idéologiques datant des années 90 par rapport à l’industrialisation du pays, ce qui représente déjà 50% du travail. Il faut continuer à encourager l’émergence des métiers de demain au risque de se tromper sur quelques-uns (posture que le FMI condamne avec force, et j’en suis témoin). Je dirais donc que la machine est bien lancée», exhorte-t-il.

Concernant l’impact du taux bancaire, il ne s’agit que d’un retour à la normale d’avant la crise pandémique.


Tremblement de terre : quel impact sur l’économie ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page