Maroc

Le Maroc titillé par le modèle sud-coréen

Le développement du système éducatif marocain devient une nécessité, compte tenu des multiples dysfonctionnements qui freinent toutes tentatives réformatrices, stratégies et plans d’actions. Il est peut-être temps de benchmarker à l’international, et tenter de s’en inspirer pour redonner vie à un secteur en agonie.

 
En effet, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a accompagné la délégation marocaine chapeautée par le chef de gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, lors de sa visite en Corée du Sud les 21 et 22 mai pour, notamment, participer aux assemblées annuelles 2018 du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). L’objectif du ministre est de prendre l’expérience sud-coréenne comme modèle pour améliorer l’efficience du système éducatif national. 

Ainsi, Said Amzazi a eu des entretiens avec le vice-premier ministre et ministre de l’Éducation sud-coréen, Kim Sang-kon, qui ont porté sur l’accompagnement de la Corée du Sud au Maroc dans la réforme de l’éducation, entre autres.

Considéré par le cabinet d’analyse QS comme le 9e meilleur système éducatif au monde, le modèle sud-coréen a titillé l’intérêt du responsable marocain, qui a déclaré qu’un accent particulier a été mis sur le renforcement de la coopération universitaire et académique entre les deux pays.

«La Corée du Sud est un pays très développé dont l’économie repose sur l’innovation et la technologie. À cet effet, nous ambitionnons d’augmenter la mobilité des étudiants marocains», a déclaré Said Amzazi, précisant avoir évoqué avec son homologue sud-coréen le transfert de technologies, plus particulièrement la biotechnologie agricole.


À cet effet, un centre d’expertise maroco-coréen verra le jour au Maroc pour servir de plateforme d’échange entre les enseignants et les experts autour de ces questions, a relevé le ministre. 

Outre Amzazi, la délégation ministérielle accompagnant le chef de gouvernement comprenait le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Boussaid, et le secrétaire d’État chargé de l’Investissement, Othman El Ferdaous.

 

 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page