Maroc

L’aval : les choses se corsent pour les agriculteurs

Hausse du prix des intrants, des carburants pour le pompage et l’irrigation, des engrais… Si la crise s’exacerbe davantage, le danger qui plane est celui de la pénurie d’approvisionnement du marché national.

Avec la pénurie d’eau dans certaines régions de production, exacerbée par la sécheresse et des conditions climatiques difficiles, combinée à l’inflation sur le prix des intrants agricoles, notamment les engrais, ou du gasoil, la saison agricole qui vient de se terminer a été particulière à plus d’un titre.


«La production a été un petit peu affectée», nous explique un professionnel de l’Association des producteurs et exportateurs de fruits et légumes (APEFL). Quelques semaines après la fin de la saison agricole, les producteurs avouent ne pas avoir suffisamment de visibilité.

Face à la hausse des coûts de revient de la tonne produite sur leurs exploitations, beaucoup d’agriculteurs ne pouvaient plus faire face aux difficultés financières. Et plusieurs d’entre eux ont préféré soit aller travailler avec des stations de conditionnement d’exportateurs de fruits et légumes, soit opter pour la location de leurs fermes à d’autres agriculteurs qui investissent dans des spéculations.

À ce rythme, plusieurs agriculteurs auront du mal à entretenir leurs cultures. Et si la crise s’exacerbe, le danger est le risque de pénurie d’approvisionnement du marché national et par-là de l’aval de l’industrie agroalimentaire. Sur le terrain, pour les producteurs de fruits et légumes, la saison d’exportation des primeurs est pratiquement terminée, vu qu’elle s’est arrêtée au mois d’avril.

Cependant, quelques exportations continuent à se faire, notamment celles des tomates. Non seulement les prix ne cessent d’augmenter, mais cette tendance se combine à des pénuries de produits qui persistent, faisant le lit de la spéculation.

Le dernier indicateur mensuel des échanges extérieurs de l’Office des changes de fin avril note une augmentation du prix des engrais naturels et chimiques qui a plus que doublé (7.541 DH/t à fin avril 2022 contre seulement 3.241 DH/t à fin avril 2021).

Nous soulignions plus haut que la hausse du prix du gasoil affectait les agriculteurs, car plusieurs exploitations agricoles parviennent à être irriguées grâce au pompage au gasoil. Depuis le 16 juin 2022, le prix du gasoil est à 16 DH/litre. Ce qui contribue à tirer vers le haut le prix agricole à la production.

Cette tendance est généralisée. En France, par exemple, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) indique qu’en avril, les prix agricoles à la production ont tout simplement enregistré une progression historique de 30,8% sur un an, battant au passage le record de mars. Pire, cette hausse atteint des proportions invraisemblables dans la culture d’oléagineux (+96,4%), les œufs (+95,6 %) et même les céréales (+75,5 %) ! Sur la période, seuls les prix de production des fruits frais se contractent (-6,5%).

Les conditions climatiques jouent des tours
Comme pour complexifier les choses, les conditions climatiques s’y mêlent. «En janvier, il a fait plus chaud par rapport à la normale. Idem pour mars où il a fait plus froid que la normale». Les conditions climatiques n’ont pas été évidentes pour les agriculteurs et producteurs de fruits et légumes.

Conséquence : la production a pris un sérieux coup pendant les mois de mars et avril derniers, alors que dans la même période, les prix étaient intéressants à l’international. La période coïncidant avec le mois de Ramadan – du 1er avril au 1er mai -, il a fallu se focaliser sur le marché local et l’approvisionner à des prix abordables.

Tous ces éléments combinés font que les producteurs de certains légumes, dont les tomates, n’ont pas pu tirer profit des prix intéressants du marché international puisque, logiquement, les tonnages exportés pendant cette période ont été affectés. Précisons que les entrées en devises ont été également contractées.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page