Maroc

Langues : l’anglais gagne du terrain au Maroc

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Une étude menée par le British Council auprès de 1.200 Marocains démontre que l’écrasante majorité de la jeune population considère l’anglais comme étant une langue vitale pour son avenir et celui du pays.

Le Maroc est majoritairement un pays francophone. Néanmoins, l’intérêt de la langue anglaise mais aussi l’engouement qu’elle suscite sont indéniables. Pour mieux cerner la perception et l’importance données à cette langue par les jeunes Marocains, le British Council a mené une étude auprès de 1.200 personnes. Intitulée «Shift to English in Morocco», l’étude en question démontre de prime abord qu’une grande majorité de jeunes Marocains, âgés entre 15 et 25 ans, ont exprimé leur appétence pour l’anglais. Présentés lors d’un webinaire organisé par le British Council, les résultats de cette étude confirment que plus des deux tiers des jeunes Marocains sont convaincus que, dans les cinq prochaines années, l’anglais parviendra à remplacer le français comme première langue étrangère au Maroc. Il s’avère aussi que 74% d’entre eux pensent que le passage à l’anglais profitera aux ambitions du Maroc en tant que pôle international d’affaires et de tourisme. Dans ce sens, Tony Reilly, directeur national du British Council Maroc, souligne que «la nouvelle génération marocaine est convaincue, à une écrasante majorité, que l’anglais est vital pour son avenir ainsi que pour celui de son pays. Les jeunes reconnaissent l’anglais comme une langue mondiale, la langue de la science, des affaires, de l’Internet, et comme l’a dit un répondant, l’anglais est la langue du futur». Selon l’étude, 65% considèrent l’anglais comme étant une langue très importante et 62% pensent la même chose de l’arabe, tandis qu’à peine 47% jugent le français comme étant une langue importante.


Français vs anglais
L’étude menée par le British Council s’est attelée à étudier le point de vue des Marocains par rapport à la prédominance de la langue française et s’il se pourrait qu’un jour, elle soit remplacée par l’anglais. La réponse est oui ! Nombre de jeunes Marocains estiment que l’anglais pourrait effectivement remplacer le français dans les cinq prochaines années et devenir ainsi la première langue étrangère au Maroc. En effet, les jeunes sont très favorables à la substitution du français par l’anglais. Plus encore, ils considèrent que cette substitution pourrait être bénéfique pour eux-mêmes et pour le pays dans son ensemble. En chiffres, 85% s’attendent à ce que le nombre de jeunes Marocains parlant l’anglais augmente de manière exponentielle dans les dix prochaines années, tandis que 57% s’attendent à ce que ce nombre augmente fortement, contre 23% seulement en faveur du français. Par ailleurs, 83% des jeunes interrogés dans le cadre de cette enquête estiment que l’anglais leur donnera accès à une éducation de meilleure qualité et qui serait reconnue internationalement, mais aussi les aider davantage à trouver du travail ou à étudier à l’étranger. 79% pensent que si l’anglais devient la deuxième langue principale du Maroc, ceci soutiendrait davantage les ambitions du pays de devenir un centre d’affaires international et la porte de l’Afrique.

D’un autre côté, l’étude du British Council montre que la «génération Netflix» du Maroc utilise l’anglais en ligne, mais aussi dans les médias. Il a été souligné, par ailleurs, que la Covid-19 a ouvert de nouvelles possibilités pour apprendre l’anglais, par le biais d’interactions sociales en ligne, mais aussi de films et de plateformes éducatives -Instagram, YouTube, Twitter et Netflix étant parmi les canaux les plus populaires. Il s’avère aussi que de nombreux jeunes Marocains veulent commencer à suivre l’actualité en anglais, mais aussi que les trois principales plateformes d’apprentissage de l’anglais sont l’école (37%), les films/séries télévisées (25%) et l’Internet (17%). 

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page