Maroc

La cote de confiance de Benkirane en baisse

Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane./DR

À sept mois des prochaines législatives, la cote de confiance de Abdelilah Benkirane est au plus bas, d’après le Baromètre politique TIZI/Averty. Cependant, les personnes interrogées voient en lui le futur chef de gouvernement.
 
Confiance, satisfaction… La cote du chef de gouvernement est en baisse, d’après les résultats du 5e Baromètre politique TIZI/Averty réalisé en février/mars 2016. Ce sondage a été réalisé sur Internet auprès de 1.098 Marocains âgés de 18 ans et plus, répartis dans toutes les régions du Maroc et pouvant s’exprimer en arabe ou en français.


Il en ressort que «la confiance des répondants en Abdelilah Benkirane recule à 48,5%, en baisse de 13 points sur un an, et leur satisfaction à 45% également en baisse de 9 points sur un an».

Les auteurs du sondage soulignent ainsi qu’il y a quatre ans, la cote de confiance du chef du gouvernement était de 80%. Aujourd’hui, elle a atteint «son plus bas niveau historique, depuis la création du baromètre politique». Et de rappeler que cette cote était de 62% en janvier 2015. 

La satisfaction quant à son action a également baissé de 9 points, passant de 54% à 45%, sur la même période en un an. Cependant, «si les répondants ont l’impression que Abdelilah Benkirane est moins proche de leurs préoccupations (46% en mars 2016 contre 57% en janvier 2015), près d’un Marocain sur deux continue à penser qu’il dirige bien son gouvernement (48% en mars 2016 contre 40% il y a un an)», selon le Baromètre politique TIZI/Averty.

Le sondage fait ressortir également «une crise de confiance globale qui touche à la fois le système politique, le gouvernement et l’opposition». Et en termes de confiance, le gouvernement a une cote plus élevée que l’opposition. Le baromètre souligne ainsi «qu’un Marocain sur deux pense que ce gouvernement est plus efficace que le précédent et même si la cote de confiance dans l’actuel gouvernement est également en baisse de 10 points sur un an (passant de 58% à 48%) elle dépasse largement la cote des répondants à l’égard de l’opposition (à seulement 17%)». Un écart qui reste très important, à sept mois des prochaines législatives.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page