Maroc

Jetons de peinture : le warning de la tutelle

Dans le cadre du suivi de l’interdiction de la pratique du jeton sous toutes ses formes, le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique rappelle dans un communiqué adressé aux fabricants et professionnels de la peinture de bâtiment que le délai octroyé pour le retrait de tout type de jeton prend fin le 30 avril 2021.

Dans sa communication, le ministère souligne une nouvelle fois que «cette pratique va à l’encontre des efforts visant à protéger le consommateur, renforcer la compétitivité de l’entreprise marocaine et promouvoir la culture de la transparence, et [il] salue l’engagement des professionnels fabricants pour leur implication et leur respect des mesures prises à cet égard». À noter que lesdites mesures concernent l’arrêt de la mise des jetons dans les pots de peinture depuis le 8 mars 2021, l’arrêt de la vente de peinture avec jetons depuis le 1er avril 2021 ainsi que l’assainissement du marché au plus tard le 30 avril 2021 et la déclaration de la non monnayabilité des jetons. Réaffirmant son engagement à coopérer avec les représentants du secteur afin de mettre en place un climat favorable pour le développement du secteur, le ministère tient à préciser qu’il «prendra toutes les mesures nécessaires, conformément aux dispositions de la loi, pour faire respecter la décision d’arrêt définitif de cette pratique». Il est à rappeler que la pratique des jetons de peinture a été contestée par plusieurs opérateurs. Elle a été officiellement prohibée en mars dernier par le ministère de tutelle.


Cette interdiction s’inscrit dans le cadre des mesures édictées par la loi pour la protection du consommateur, de la liberté des prix et de la concurrence. Dans le détail, la pratique consiste à échanger un jeton ou ticket introduit dans le pot de peinture contre une somme égale au nombre de points qu’il contient et dont la valeur peut dépasser 100 DH. Elle bénéficie uniquement à l’artisan peintre, puisque le prix (du pot) est supporté dans sa totalité par le consommateur. Faut-il le rappeler, les jetons de peinture étaient devenus monnaie courante, profitant exclusivement à l’artisan peintre qui perçoit, auprès des distributeurs, sa valeur en espèces.

En général, les droguistes remettent les jetons collectés aux fabricants et reçoivent, en contrepartie, les produits de peinture avec des prix d’achat dégressifs. «Il est inadmissible que ce genre de pratique continue de sévir sur le marché national au nom de la concurrence», avait souligné le ministre. Selon lui, cette pratique conduit au renchérissement du prix au détriment du citoyen, viole les lois en vigueur de la protection du consommateur, de la liberté des prix et de la concurrence. Pour mettre à exécution cette décision, le ministère a mis en place, en parallèle, un dispositif de contrôle déployé au niveau des usines, des circuits de distribution et à l’import pour veiller au respect de l’arrêt de cette pratique. 

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page