Maroc

Inquiétudes

L’année 2016 ne démarre pas vraiment avec de bonnes nouvelles. Alors que les différentes institutions internationales alertent les économies du monde sur de probables chocs durant les 12 prochains mois, le rapport préliminaire de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) est venu enfoncer le clou pour l’Afrique. Les chiffres communiqués par l’organisme onusien font état d’une baisse de 31,4% des investissements directs étrangers (IDE) sur le continent en 2015, par rapport à 2014. En tout, l’Afrique a reçu 38 milliards d’IDE, soit moins que la cinquantaine de millions qu’elle avait l’habitude de recevoir durant les trois dernières années. Autre chiffre symbolique, la France, avec 44 milliards de dollars d’IDE attirés en 2015, a bénéficié, à elle seule, de plus de fonds investis par les étrangers que l’ensemble des 54 pays africains. Ce constat est très inquiétant, à l’heure où l’Afrique cristallise l’attention des investisseurs du monde entier. D’où la pertinence de se demander si ce sont les pays africains qui n’offrent pas encore les conditions favorables pour attirer les investisseurs, ou si ce sont ces derniers qui n’arrivent pas à dépasser leurs préjugés sur le continent. Quoiqu’il en soit, ces résultats sont très décevants, mais aussi très inquiétants. Ils reflètent au moins une réalité affligeante : malgré son taux de rendement élevé, l’Afrique n’est pas encore compétitive par rapport au reste du monde car la chute des flux d’IDE en Afrique a coïncidé avec une reprise notoire dans les autres régions économiques de la planète. 



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page