Maroc

Indicateurs démographiques. Les jeunes formeront 40% de la population en 2030

Les données démographiques prévoient une baisse du rythme annuel d’évolution de la jeunesse marocaine.

Les données démographiques forment un outil essentiel des projections établies, concernant la jeunesse marocaine, pour les années à venir.


Les jeunes, âgés de 18 à 44 ans, constituent une composante importante de la population, dont le poids démographique a augmenté régulièrement au fil des années pour atteindre, actuellement, 43% du total. La dernière enquête du HCP, réalisée sur un échantillon de 5.000 jeunes, vise essentiellement «l’exploration de nouvelles pistes d’investigation statistique, ainsi que l’apport d’un éclairage sur les comportements de cette frange de la population, notamment à travers l’édification d’un portrait relatant globalement leur profil mais surtout leurs valeurs morales, leurs préoccupations et leurs perceptions des réalités sociales», selon l’étude.

Il faut dire que la définition du jeune reste vague, selon l’argumentaire du HCP. «A priori, Il n’existe pas de définition universelle du «jeune» en termes de tranche d’âges. Si la limite de 18 ans se justifie par l’âge de la majorité, le choix d’une limite d’âge supérieure varie largement selon les études et les institutions», précise le HCP. Dans plusieurs bases de données internationales, en effet, sont considérées comme jeunes les personnes âgées de 15 à moins de 25 ans.

D’autres études et analyses, tant nationales qu’internationales, retiennent plutôt la tranche comprise entre 15 et 30 ans ou encore celle des 18-29 ans. La limite supérieure a été portée à 44 ans, pour plusieurs raisons, notamment l’augmentation de l’espérance de vie à près de 75 ans, «ce qui confère un espace plus large à la notion de la jeunesse», insiste le HCP. Parmi les constats majeurs qui ont été émis, le fait que la population âgée de 18 à 44 ans a évolué au cours des trente dernières années au rythme annuel moyen de 2,3%.

Elle continuerait à augmenter à un taux d’accroissement annuel moyen, moins élevé, de 0,5% pour atteindre 15,3 millions en 2030, soit 40,1% de la population du Maroc. L’approche d’analyse adoptée vise, également, à «déceler d’éventuelles divergences dans les comportements et perceptions entre ce qu’on peut appeler la génération née et élevée dans la période de l’ajustement structurel et celle de l’ouverture économique et démocratique», souligne le HCP.

Outre le profil des jeunes Marocains, les données recueillies concernent aussi la problématique de leur insertion dans le circuit de production, leur participation à la vie publique ainsi que le volet relatif aux valeurs sociales et morales de référence. Pour disposer d’une vue synthétique sur les diverses variables d’analyse des attentes des jeunes, une attention particulière doit être accordée à leur perception des réalités sociales ainsi qu’à leurs attentes et préoccupations vis-à-vis de l’avenir.


Les données sanitaires focalisent l’attention

L’immunité collective des jeunes Marocains contre la pandémie reste une préoccupation majeure. Il s’agit de procéder à l’actualisation de la base de données relative à la santé des jeunes, dont la dernière enquête réalisée remonte à l’année 2007. C’est dire l’importance que revêt l’enjeu d’enrichissement des bases de données du ministère de la Santé, qui peuvent être très utiles aux professionnels du secteur et à tous ceux qui œuvrent dans le domaine du développement humain.

L’actualisation de cette base de données devrait aussi faciliter l’élaboration des stratégies et plans d’action concernant les enfants, les adolescents et les diverses tranches d’âges de la population des jeunes. En ligne de mire aussi la volonté de doter les décideurs et utilisateurs d’indicateurs fiables pour évaluer et orienter les services sanitaires destinés aux jeunes, et mettre en exergue leurs besoins et attentes en la matière.

Younes Bennajah /  Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page