Maroc

Gels désinfectants: la pénurie a-t-elle un sens ?

Depuis l’avènement du Coronavirus et le renforcement des mesures d’hygiène et de prévention y associées, le monde entier se rue sur les gels hydroalcooliques (appelés communément, gels désinfectants pour les mains).

Ces petits flacons, beaucoup d’entre nous, passaient à côté dans les parapharmacies ou les grandes surfaces sans forcément voir la nécessité de se les procurer. Coronavirus oblige, il ne suffit plus aujourd’hui de se laver, il faut désinfecter.

Au Maroc, comme dans d’autres pays, ces gels ont vu leur prix flamber… quand ils sont disponibles.  Non soumis à une tarification encadrée, il a suffi de quelques jours à ces produits pour que leur prix grimpe de plus de la moitié. Le litre de gel qui coûtait 160 DH il y a tout juste un mois est passé à 200 puis à 280 DH. La panique a pris le dessus chez les citoyens et, entre temps, les distributeurs de produits parapharmaceutiques se remplissent les poches.

De nombreuses entreprises ont pris le soin de mettre en place des distributeurs de gels hydro alcooliques au sein de leurs établissements afin de limiter les risques de propagation. «Notre distributeur a communiqué un prix non définitif à la commande, car au moment de la livraison, il a spécifié que ce tarif peut avoir augmenté d’ici là. C’est pourquoi, il nous a été demandé un paiement en totalité avant livraison», témoigne ce cadre au sein d’une grande entreprise, qui a commandé des dizaines de distributeurs et de stock d’approvisionnement en gel.

C’est la loi du marché, commentent plusieurs de ces distributeurs qui estiment que pouvoir fournir une denrée recherchée représente de l’effort qui doit lui-même être rémunéré.

Du côté des écoles également, hormis la sensibilisation des élèves à la bonne hygiène et au lavage fréquent et efficace des mains, nombreux sont les établissements ayant demandé aux parents de munir leurs enfants de flacons de gel. La ruée sur ce sésame s’est ainsi accentuée et ce n’est pas la flambée des prix qui a été pour décourager les Marocains, jusqu’à constater une pénurie de gels en pharmacies, parapharmacies et grandes surfaces.

Une pénurie et une flambée qui, pour le cas des masques de protection médicale, n’a pour l’instant donné lieu à aucune réaction officielle, ni de la part des autorités ni de celle des organismes de défense des droits des consommateurs.

Système D

Le proverbe dit «La nécessité est mère de l’industrie». Il y a tout juste quelques mois, qui aurait pensé à préparer du gel hydroalcoolique à domicile ? Maintenant que le Coronavirus fait trembler le monde, les recettes pleuvent sur la Toile, notamment depuis que l’Organisation mondiale de la santé a divulgué la méthode et les ingrédients de ce produit. Par ailleurs, certains médias très sérieux ont joué le jeu, publiant des tutoriels montrant le procédé de fabrication de gels maison.

Mais attention, la recette communiquée par l’OMS n’est pas forcément destinée au grand public. Contenant du peroxyde d’hydrogène, composé chimique connu pour sa dangerosité, cette recette peut donner lieu à des réactions risquées (combustion, détonation). En France, le ministère de la Santé a autorisé les pharmaciens à fabriquer eux-mêmes ces denrées rares, dont les prix seront encadrés pour éviter la spéculation. Malgré cela, l’Institut national de recherche et de sécurité de l’Hexagone a prévenu sur le risque lié à certains produits (acétone, acétaldéhyde, acide formique, alcools.). « Les solutions concentrées de peroxyde d’hydrogène constituent des mélanges explosifs avec des matières organiques (huiles, graisse, kérosène.). Elles peuvent provoquer inflammation spontanée de matériaux tels que bois, paille, coton… », est-il souligné.

Ce qui est à retenir, c’est que tous les gels hydro alcooliques ne sont pas systématiquement efficaces pour contrer pareil type de virus. Les experts ont recommandé de choisir une solution ou un gel hydroalcoolique à base d’alcool éthylique (ou éthanol) ou d’alcool propylique (propane-1-ol ou n-propanol) ou d’alcool isopropylique (propane-2-ol ou isopropanol) dont la concentration optimale est comprise entre 60% et 70%, ou à une concentration comprise entre 520 et 630 mg/g.

Autre détail de grande importance : même avec le plus concentré des gels, le lavage des mains est une condition sine qua non. Les gels hydroalcooliques doivent en effet être  utilisés sur des mains visiblement non souillées et, pendant le lavage, aucune partie des mains ne doit être oubliée. De plus, il est plus que crucial de respecter un temps de friction d’au moins trente secondes jusqu’à l’obtention de mains sèches.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page