Maroc

Fès-Meknès : vers une nouvelle vision intégrée du système de planification urbaine

La ville de Fès a abrité hier, mercredi 21 septembre, une journée de concertation régionale sur l’urbanisme et l’habitat. Cette rencontre, qui entre dans le cadre du Dialogue national de l’urbanisme et de l’habitat, vise à mettre en place une nouvelle vision intégrée du système de planification urbaine.

 La démographie galopante et l’urbanisation croissante que connaît la Région de Fès-Meknès se traduisent par une forte demande en matière de logements, d’équipements et de services. Cette situation pousse les pouvoirs publics à préparer davantage les territoires à la réception de ce nouveau flux urbain, à encadrer le secteur immobilier et à accélérer les efforts de résorption du déficit actuel en ciblant la production de logements.
Dans ce cadre, Fès a abrité, hier mercredi 21 septembre, une journée de concertation régionale sur l’urbanisme et l’habitat. Cette rencontre entre dans le cadre du Dialogue national de l’urbanisme et de l’habitat, qui se tient sous le haut patronage du Roi Mohamed VI, et qui a été lancé officiellement, le vendredi 16 septembre, par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.
Lors de son mot d’ouverture, le wali de la Région de Fès-Meknès, Said Zniber, a incité l’ensemble des intervenants à participer à ce dialogue national de manière à valoriser les acquis et à répondre aux défis. L’objectif est de contribuer à un développement spatial, intégré et durable, et ce, conformément aux réformes institutionnelles et aux grands chantiers du Royaume.
«Le secteur de l’habitat et de l’urbanisme connaît plusieurs contraintes qui nécessitent la mise en place d’une nouvelle vision intégrée du système de planification urbaine basée sur les critères de coopération, de flexibilité et de durabilité. En plus, il est temps d’ériger les centres ruraux en tant que levier de développement économique et social, et espace attractif pour l’investissement», précise le wali.
Concernant l’offre de logements, il a appelé à penser à un nouveau modèle proposant une offre diversifiée et territorialisée répondant aux besoins de toutes les catégories sociales. De son côté, Younes Rafik, premier vice-président au conseil de la Région, a mis en avant l’importance de l’urbanisme et de l’habitat dans les politiques publiques en tant que levier de développement économique du pays.
«La vision stratégique de la région s’intègre parfaitement avec les priorités et objectifs de la politique de l’urbanisme et de l’habitat. D’ailleurs, nous avons le privilège d’être la première région du Royaume à avoir adopté le Schéma régional d’aménagement du territoire (STAR)», précise Rafik. Les réflexions et les débats ont été organisés autour de quatre ateliers thématiques touchant la «planification urbaine et gouvernance», «l’offre en logements», «l’appui au monde rural et réduction des disparités territoriales», ainsi que «le cadre bâti».
Une nouvelle offre en logements
Le logement -en tant que facteur de promotion sociale et économique- continue de constituer un défi majeur pour le pays. C’est dans ce sens, et suite à une période de léthargie marquée par les effets de la pandémie de Covid-19, conjuguée à l’échéance du programmes du logement social de 250.000 DH et 140.000 DH lancé dans le cadre des lois des Finances 2008 et 2010, un nouveau mode de «produire» et «d’habiter» est devenu nécessaire.
L’objectif étant d’intégrer les principes apportés par le Nouveau modèle de développement. D’où l’importance de mettre en place une offre variée, diversifiée et territorialisée répondant aux besoins de toutes les catégories sociales, tout en garantissant la redynamisation du secteur de l’immobilier. Une nouvelle vision qui permettra de passer de la logique d’offre de logements à bas coût à celle d’un cadre de vie décent, résilient et durable.
Des conditions de plus en plus difficiles
Le contexte actuel, marqué par les crises mondiales d’ordre sanitaire, climatique, et de conflits entre pays, pousse à penser autrement la question du bien-être et d’accès au logement du point de vue coût et qualité. L’adaptabilité à cette conjoncture est appelée à être développée dans le cadre des nouveaux référentiels du Royaume, à savoir le Nouveau modèle de développement qui a orienté ce secteur vers une rupture d’avec la démarche actuelle dans le sens de davantage de mixité sociale et fonctionnelle, et de soutien à la demande. Toutefois, l’équation n’est pas toujours facile à résoudre, sachant que les conditions de production sont de plus en plus difficiles eu égard à la flambée des prix des matériaux, au coût élevé de l’énergie et à la pénurie mondiale de matières premières. Tous ces facteurs nous poussent vers une nouvelle manière d’appréhender l’accès au logement et les réformes à mettre en place.
Création d’une plate-forme numérique
Pour s’assurer d’une large participation des citoyens, le ministère a donné le coup d’envoi d’une plate-forme numérique dédiée à ce Dialogue national. Ladite plate-forme vise à ouvrir la voie à toutes les forces vives du pays pour présenter leurs propositions et suggestions afin de contribuer à l’adoption de recommandations visant à développer une nouvelle approche dans les domaines de l’Urbanisme et de l’Habitat.
Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO
Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page