Maroc

Fès-Meknès : la région renforce son dispositif de dépistage

La situation sanitaire, dans la Région de Fès-Meknès, est de plus en plus inquiétante. La Direction régionale de la Santé et de la protection sociale a donc décidé de renforcer son dispositif de dépistage, avec la multiplication de centres publics de tests et de prises en charge des nouveaux cas positifs. 

L’épidémie repart à la hausse dans la Région de Fès-Meknès. En effet, il a été constaté, depuis plusieurs jours, que le nombre de nouveaux cas positifs frôle la barre des 1.000 cas/jour. Samedi dernier, la région a même enregistré plus de 1.140 cas en une seule journée, dont 470 à Fès et 432 à Meknès. Pour contenir la propagation du virus, La Direction régionale de la Santé et de la protection sociale (DRSPS) Fès-Meknès a décidé de renforcer son dispositif de dépistage, notamment avec la multiplication des centres de tests et de prises en charge des nouveaux cas.
Il faut rappeler qu’après une longue durée de suspension, pour les laboratoires privés, de l’autorisation d’effectuer les tests covids, les autorités régionales ont décidé, au mois de novembre dernier, de lever cette interdiction. Mais malgré cette mesure, les nombres de nouveaux cas n’ont pas cessé de croître.


Dans son bilan hebdomadaire de la situation épidémiologique dans les écoles publiques et privées, du 17 au 22 janvier, le ministère de l’Éducation nationale fait état de 5.802 cas de contaminations au Covid-19 au niveau national, Fès-Meknès se plaçant en deuxième position avec 1.000 cas et 24 écoles fermées. La semaine dernière, la DRSPS a consacré 19 centres de tests Covid dans la province de Meknès. À noter que ces centres de santé effectuent des tests pour la population à risque, ainsi que pour les cas orientés par les médecins du secteur privé et public, ou encore ceux diagnostiqués dans les mêmes centres de santé. Selon les responsables du DRSPS, «cette opération s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des orientations ministérielles visant le renforcement des mécanismes de dépistage rapide et de prise en charge du Covid-19 dans les centres de santé. Elle a pour objectif d’augmenter la cadence du dépistage du plus grand nombre de cas et de prendre en charge les cas suspects, conformément aux normes scientifiques et au protocole de traitement en vigueur».

Ces nouvelles mesures s’inscrivent dans le cadre de la politique adoptée par le ministère de la Santé, laquelle vise la surveillance régulière du Sars-CoV-2 au Maroc, et ce, dans le but de réduire sa propagation. Les principaux objectifs de cette surveillance sont la détection précoce des cas et l’investigation des contacts, mais aussi l’évaluation du risque d’apparition ou d’introduction de nouveaux variants sur le territoire national. Dans son nouveau manuel de procédures, la définition du ministère de la Santé, des cas suspects et confirmés, des cas d’infection par un nouveau variant et des décès dus au Covid, n’a subi aucun changement. En revanche, un cas probable de réinfection au Covid est désormais défini comme étant «toute personne symptomatique ou non, chez qui l’infection au Sars-CoV-2 a été confirmée par examen moléculaire ou test antigénique rapide (TAR), avec antécédent d’infection confirmée, datant de 60 jours ou plus».

Plus de six millions de doses administrées dans la région
La Direction régionale de la Santé et de la protection sociale (DRSPS) Fès-Meknès a publié, dernièrement, l’état d’avancement de la campagne de vaccination dans la région. Selon les dernières donnés qu’elle a rendu publiques, un total de 6.365.736 doses de vaccin anti-Covid-19 ont été administrées, à la date du 15 janvier courant. Il s’agit de 3,39 millions de primo-vaccinés, 2,85 millions de personnes ayant reçu deux doses et 474.468 autres qui ont bénéfiécié de leur dose de rappel, précise la même source. La répartition du nombre de doses administrées place la ville de Fès à la première place, avec 1,761 million de doses, suivie de Meknès (1,312 million), Taounate (804.000), Taza (768.000), Sefrou (449.000), El Hajeb (420.000), Boulemane (289.000), et enfin Moulay Yaacoub et Ifrane avec, respectivement, 281.000 et 277.000 doses. Quant au nombre d’enfants scolarisés âgés entre 12 et 17 ans, ayant reçu la première dose, il s’est établi à 355.084, souligne la même source, ajoutant que 307.500 enfants ont eu leur deuxième dose au niveau de la région. Ces réalisations s’expliquent par l’adhésion active de l’ensemble des intervenants à cette opération de vaccination contre le Covid-19, lancée depuis le 28 janvier 2021.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page