Maroc

Fès-Meknès : 520 MDH pour la mise à niveau urbaine

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville a signé neuf conventions de partenariat, pour un coût total d’investissement de 520 MDH. Ces accords visent à contribuer au développement régional et à améliorer les conditions de vie des populations dans les zones rurales et urbaines de la Région Fès-Meknès.

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets du contrat-programme entre l’État et la région, notamment le Programme de mise à niveau des centres urbains et ruraux émergents, la Région Fès-Meknès a signé en fin de semaine dernière neuf conventions de partenariat d’un coût total d’investissement de 520 MDH. Parmi elles, celles impliquant la région de Fès-Meknès concernent à la fois la mise en œuvre du contrat-programme et des projets complétant ce contrat.


Elles sont dotées d’un montant global de 375,8 millions de DH, dont 175,5 MDH assurés par la Région. Signées par la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb, le wali de la Région Fès-Meknès et gouverneur de la préfecture de Fès, Essaid Zniber, le président du Conseil de la Région Fès-Meknès, Mohand Laenser, et les gouverneurs des préfectures et provinces de la région, ces conventions permettront l’inclusion et la convergence entre les choix et orientations du ministère et les besoins de développement au niveau régional, ainsi que la complémentarité entre les politiques publiques et territoriales.

«Cette rencontre intervient en application des Hautes orientations du roi Mohammed VI appelant à l’encouragement de l’investissement et à l’activation du partenariat entre les acteurs régionaux et l’État pour le montage et la mise en œuvre des projets prioritaires, notamment ceux initiés dans le cadre du choix stratégique de la régionalisation avancée», a affirmé Nouzha Bouchareb.

Les conventions signées concernent, dans un premier temps, la mise à niveau des centres urbains et ruraux émergents dans les différentes préfectures et provinces de la région, pour une enveloppe globale estimée à 369,8 MDH. La création d’un observatoire régional unifié des dynamiques territoriales visant à renforcer le contrôle et la veille territoriale, la valorisation de l’information territoriale et la réalisation d’études de structuration et de mise à niveau du milieu rural (6 MDH) est également au programme.

La ministre a également procédé à la signature de deux conventions relatives au programme de mise à niveau des centres urbains et des centres ruraux, ainsi qu’à la réalisation d’un projet pilote dans les zones montagneuses affectées par les changements climatiques. L’objectif des actions contenues dans ces deux conventions est l’amélioration des conditions de vie de la population rurale ainsi que la réalisation de l’équité territoriale et l’égalité entre l’urbain et le rural à travers des projets et des mécanismes de financement innovants. Les partenaires ont, par ailleurs, signé une convention-cadre qui vise à établir un cadre de coopération pour créer un observatoire régional unifié des dynamiques territoriales, renforcer le suivi et la vigilance et fournir une base de données et des indicateurs actualisés.

En outre, un avenant à la convention de partenariat sur l’assistance architecturale, la mise à niveau et la requalification dans le milieu rural a été signé dans le but de réaliser les études de restructuration et de mise à niveau des zones rurales en apportant une assistance technique aux collectivités territoriales et en les accompagnant pour la réalisation de leurs projets. Deux autres conventions-cadres, liées au domaine de la formation et de la recherche scientifique, ont été signées entre l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme, le Conseil de la Région Fès-Meknès et les trois agences urbaines de la région. Objectifs visés : faire bénéficier la région et les agences urbaines de l’expertise de l’institut et renforcer les capacités des acteurs dans le domaine du développement régional. Quant aux trois autres conventions relatives au relogement des habitants des bidonvilles, elles ambitionnent d’améliorer les conditions de vie de plus de 7.000 personnes, et visent essentiellement à intensifier les efforts et à développer une nouvelle méthode de partenariat entre les acteurs afin de traiter la problématique de l’habitat insalubre, dans le cadre du programme que le ministère a mis en place.

Ces conventions concernent le relogement des habitants de Douar Machraâ Krim et Douar Beloufa relevant de la commune Sbaâ Rouadi (province de Moulay Yaâcoub), ainsi que le financement et la réalisation d’un lotissement pour le recasement des habitants du bidonville Douar Slayli durant la période 2021-2023. «Le résultat de la réunion d’aujourd’hui est la réaction positive et la réponse aux besoins et attentes exprimés par les acteurs au niveau de cette région. Le but étant d’activer le contrat-programme régional selon une démarche qui vise à relever un ensemble de défis», a conclu Bouchareb. 

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page