Maroc

Entretien exclusif avec Mohammed Abdeljalil, Président du directoire de Marsa Maroc

Marsa Maroc tire profit de la diversité des trafics qu’il manipule et de sa large présence sur le territoire national.

Comment Marsa Maroc contribue-t-elle au déploiement de la stratégie portuaire nationale 2030 ?
La stratégie nationale prévoit le développement de nouvelles infrastructures dans les ports existants ainsi que de nouvelles plateformes portuaires. Marsa Maroc accompagne cette stratégie en tant qu’opérateur portuaire national leader sur son marché et entend prendre part à ces nouveaux développements aussi bien dans les ports existants que dans les nouveaux ports de Safi Atlantique, Nador West Med et Dakhla Atlantique.


A cette fin, comment justement la stratégie de Marsa Maroc s’oriente-t-elle pour ce qui est du renforcement de la position sur le marché ?
Pour maintenir et renforcer sa position sur le marché, Marsa Maroc a investi, au cours des dernières années, dans de nouveaux terminaux à Casablanca, Tanger Med et Agadir. Le groupe continue par ailleurs à renforcer son parc d’équipements dans les terminaux qu’il exploite et veille continuellement à améliorer la qualité de ses services. À cet effet, Marsa Maroc s’est engagé dans un ambitieux chantier d’amélioration de ses performances opérationnelles afin d’inscrire durablement l’excellence opérationnelle dans sa culture d’entreprise.

Quelles ont été les réalisations de Marsa Maroc en 2020 ?
Le Groupe Marsa Maroc a fait preuve d’une bonne résilience au cours de l’année 2020 et a pu maintenir ses indicateurs d’activité à un niveau proche de ceux de l’année précédente. Le groupe a également réussi la mise en service du nouveau terminal TC3 au port de Tanger Med qui est exploité par la filiale Tanger Alliance.

2020 a aussi été une année particulièrement difficile à tous les niveaux. Comment avez-vous réussi à être résilient face à la crise sanitaire ?
D’une part, c’est tout le secteur portuaire national qui a bien résisté durant l’année 2020. D’autre part, le groupe Marsa Maroc tire profit de la diversité des trafics qu’il manipule et de sa large présence sur le territoire national. En effet, notre offre de service englobe la manutention et le stockage de l’ensemble des types de trafic, aussi bien les vracs solide et liquide que le conventionnel, le conteneur ou le roulier ainsi que les services aux navires avec les prestations de remorquage et de pilotage. C’est cette diversité qui nous permet de résister à des chocs tels que celui provoqué par la pandémie.

Comment se porte votre activité au niveau de Tanger Med II ? Comment le groupe gère-t-il la concurrence à ce niveau ?
L’activité toute récente de notre filiale Tanger Alliance à Tanger Med est conforme à nos prévisions. Pour gérer la concurrence que connaît l’activité du transbordement dans l’Ouest de la Méditerranée, Marsa Maroc peut compter sur les relations privilégiées de ses partenaires Contship Italia et Eurogate avec les plus grandes compagnies maritimes internationales et sur l’armateur Hapag-Lloyd, également actionnaire dans la filiale.

Quel a été l’impact de l’opérationnalisation de Tanger Alliance sur l’activité ?
Le démarrage de l’activité de Tanger Alliance est un véritable succès et une fierté pour les équipes de Marsa Maroc. Il s’agit en effet de la concrétisation d’un relais de croissance parmi les plus importants de notre plan de développement. À terme, l’activité de cette filiale détenue pour moitié par Marsa Maroc pourrait atteindre 20 à 25% du chiffre d’affaires actuel de notre groupe.

De nouvelles concessions sont-elles envisagées ? Quelles perspectives de développement s’offrent au groupe ?
La stratégie portuaire présente de nombreuses opportunités de développement pour Marsa Maroc. Nous avons l’ambition d’élargir notre portefeuille de concessions dans ce cadre. Par ailleurs, nous maintenons une veille active sur le reste du continent pour saisir les opportunités de concession portuaire qui se présenteront à l’avenir.

Quid de la digitalisation ? Des projets ont-ils été réalisés dans ce sens ?
Au-delà d’être un avantage compétitif, le digital est un facteur clé de robustesse et de résilience, et permettra de renforcer le leadership actuel de Marsa Maroc. La société a initié les premiers chantiers de son plan de transformation digitale en commençant par le parcours clients, qui permet à ces derniers d’avoir accès à des services d’e-facturation et e-payment. Nous avons également mis en ligne, en avril 2020, un portail de dématérialisation des appels d’offres et consultations lancés par le groupe. La société ambitionne de se doter d’un plan de transformation digitale beaucoup plus étendu dans les prochains mois afin d’être en phase avec cette tendance de fond de l’économie.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page