Maroc

Électricité verte : le Maroc champion des pays de la PEV-Sud

L’agence publique Eurostat, chargée de l’information statistique au sein de la Commission européenne, a publié ses données liées à l’énergie et l’environnement concernant les pays couverts par la Politique européenne de voisinage (PEV-Sud), comprenant notamment le Maroc. 

L’analyse de statistiques récentes, publiées par Eurostat, offre un aperçu détaillé des tendances énergétiques et environnementales parmi les pays de la Politique européenne de voisinage – Sud (PEV-Sud), incluant l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine et la Tunisie. Bien que les données pour la Libye et la Syrie ne soient pas disponibles, les chiffres compilés jusqu’en 2021/2020 montrent des variations significatives dans la production, l’importation, la consommation et les émissions de gaz à effet de serre au sein de cette région géographique diverse.

Forte dépendance aux importations
En 2021, l’Algérie a consolidé sa position de leader avec une production de 164,0 millions de tonnes équivalent pétrole (toe), principalement alimentée par le gaz naturel et les produits pétroliers. L’Égypte a suivi avec 91,9 millions de toe, tandis qu’Israël a enregistré 17,1 millions de toe, principalement grâce au gaz naturel. Le Maroc, quant à lui, a maintenu son engagement envers les énergies renouvelables, avec 80,6% de sa production d’énergie primaire provenant de sources renouvelables en 2020. Les données d’Eurostat montrent que le Maroc a été le plus grand importateur net de produits énergétiques en 2020, avec 19,1 millions de toe, suivi d’Israël avec 6,5 millions de toe en 2021.

En revanche, l’Algérie a maintenu son statut d’exportateur net avec 94,1 millions de toe exportés en 2021, bien que ce chiffre soit en baisse par rapport à 2011. La consommation brute d’énergie intérieure par habitant varie significativement dans la région, passant de 0,6 toe/habitant au Maroc à 1,2 toe/hab. en Égypte. En termes de dépendance énergétique, les écarts sont également notables, avec des pays comme Israël affichant une dépendance de seulement 27,5% en 2021, tandis que la Libye est en sur-dépendance avec 102,4% en 2020.

La Palestine a enregistré un taux de dépendance de 86,4% (données de 2019), suivie du Maroc (88,3% – données de 2020), de la Jordanie (94,1% – données de 2017), du Liban (98,9% – données de 2019) et de la Libye (102,4% – données de 2020).

Production d’électricité en hausse
Le Maroc se démarque toutefois en matière de production d’électricité provenant de sources renouvelables. Les parts les plus élevées parmi les pays de la PEN-Sud ont été enregistrées en Palestine (27,0%, sur la production totale de 0,7 térawattheure (TWh) – données 2020 ; dernières données disponibles) et au Maroc (18,4%, sur la production totale de 42,2 TWh – 2021).

En revanche, l’Algérie et la Tunisie ont des parts inférieures à 5%, malgré leurs ressources potentielles dans le domaine des énergies renouvelables. Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté dans plusieurs pays au cours de la dernière décennie, étant donné que «la plupart des pays de la PEV-Sud sont en cours de développement économique et la croissance démographique est également plus rapide que dans l’UE», explique Eurostat.

Le Maroc, par exemple, a vu ses émissions augmenter de 45,3% entre 2010 et 2020, atteignant près de 2,9 tonnes par personne en 2020. Cette tendance reflète les défis persistants en matière de gestion environnementale malgré les efforts déployés dans la transition énergétique.

Maroc-UE : l’une des relations les plus développées

Les statistiques élaborées par Eurostat aiguillent la politique européenne de voisinage (PEV) concernant les pays de la région. Dans le cadre de la PEV, l’Union et ses partenaires du Sud (à l’exception de la Libye et de la Syrie) ont adopté des plans d’action bilatéraux, des priorités de partenariat ou des programmes d’association. Ces plans d’action établissent des programmes de réformes politiques et économiques assortis de priorités à court ou moyen terme de trois à cinq ans.

Parmi les pays partenaires méridionaux, «le Maroc est l’un de ceux qui entretiennent les relations les plus développées avec l’Union européenne», écrit le Parlement européen. Un accord d’association est entré en vigueur en 2000 et un nouveau plan d’action a été adopté en 2013 dans le cadre de la PEV. Le pays a obtenu le «Statut avancé» en 2008, ce qui témoigne de la volonté de renforcer la coopération entre l’Union et le Maroc, et de soutenir davantage les réformes économiques et politiques.

Le partenariat UE-Maroc pour la mobilité a été lancé en juin 2013. En 2021, dans le cadre du nouvel examen de sa politique commerciale, l’Union a envisagé la modernisation de ses relations commerciales et d’investissement avec le Maroc, afin de mieux faire face aux défis actuels.

Faiza Rhoul / Les Inspirations ÉCO


whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

Évolution des prix des fruits et légumes à Casablanca



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page