Maroc

Électricité : Les priorités de la Femadel

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
Réda Sekkat : Président de la Femadel

À l’issue de son assemblée générale, tenue mardi dernier, les membres de la Fédération marocaine de l’électricité (Femadel) ont réélu Réda Sekkat pour un nouveau mandat. Les dossiers chauds et les priorités du président.

Les Inspirations ÉCO : Quelles sont vos priorités pour ce nouveau mandat ?  
Réda Sekkat : Notre premier objectif est d’améliorer le chiffre d’affaires du secteur. Une mission qui passe nécessairement par l’export et la conquête de nouveaux marchés. Les entreprises marocaines ont beaucoup de choses à apporter à leurs partenaires africaines. Au niveau de la Fédération, nous avons mis en place une commission dédiée à l’export pour accompagner les entreprises du secteur. Il y a aussi la question de la normalisation du marquage au niveau de l’import qui reste primordiale. Nous allons aussi œuvrer pour l’amélioration des délais de paiements pour les PME de notre Fédération.


Les délais de paiement allongés de l’ONEE avaient défrayé la chronique…
Les choses se sont beaucoup améliorées. L’année dernière est pratiquement assainie, et l’Office fait aujourd’hui partie des partenaires stratégiques de la Fédération et des entreprises.  
 
Comment votre filière peut-elle profiter de la dynamique industrielle ?
Le Plan d’accélération industrielle présente des opportunités très intéressantes que nous comptons saisir, à l’image des autres secteurs, qui ont profité d’écosystèmes. C’est une approche qui peut permettre au secteur de se développer en lui donnant accès au maximum de la sous-traitance. D’ailleurs, nous sommes en train de finaliser un contrat-programme qui sera bientôt signé entre le ministère de l’Industrie et notre fédération. Nous comptons beaucoup sur ce contrat pour donner un coup d’accélérateur à notre secteur.

Comment évolue le secteur, en ce début de l’année ?
Pas très bien. Le secteur est lié à la conjoncture qui reste difficile, aussi bien sur le plan national, avec la campagne agricole moyenne, que sur le plan international. Il y a aussi la concurrence étrangère de plus en plus acharnée. Aujourd’hui, pour n’importe quel projet, on voit débarquer des dizaines d’entreprises étrangères, notamment espagnoles, pour bousculer les opérateurs marocains, parce qu’il n’y a pas une préférence nationale qui favorise les entreprises marocaines. 


 

Que pèse la Femadel ?
«La Femadel est une fédération représentative, crédible et incontournable pour traiter des questions du secteur marocain de l’électricité et émettre des propositions novatrices et applicables», assure son président. La représentativité du secteur est une question importante pour les dirigeants de la Femadel. La jeune fédération, créée en 2014, a en effet vu le jour suite à un désaccord au sein de la Fédération nationale de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (Fenelec). Mécontents de la manière de gérer la crise des délais de paiements avec l’ONEE, certains opérateurs (Ingelec, Nexans et Imacab principalement) ont claqué la porte pour créer un nouveau cadre associatif: la Femadel. Depuis, les deux fédérations se disputent la représentation du secteur de l’électricité. «Aujourd’hui, la Femadel pèse près de 15 MMDH de chiffre d’affaires, dont le tiers à l’exportation, et 15.000 emplois stables, ce qui est largement représentatif du secteur», estime Réda Sekkat.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page