Maroc

Droits de l’Homme : la sauvegarde de la mémoire prise en main

Le Conseil national des droits de l’homme a procédé à la mise en place de l’«Unité de préservation de la mémoire et de promotion de l’histoire marocaine dans ses différents affluents», dans la perspective de mettre en œuvre une stratégie claire et intégrée pour cet épisode important de l’histoire du pays.

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) s’aligne avec les recommandations de l’Instance équité et réconciliation (IER), pour ce qui relève du champ de l’histoire contemporaine du Maroc, avec la mise en place d’une Unité de préservation de la mémoire auprès de la présidence du CNDH.


Conformément aux ambitions exprimées lors de la cérémonie de mise en place de cette unité, il s’agira d’un espace de réflexion et de recherche objectives autour des questions de l’histoire du temps présent en rapport avec les enjeux de la consolidation de l’État de Droit et de l’ancrage de la pratique démocratique et l’effectivité des droits de l’Homme dans notre pays. L’unité lancée le 25 mai dernier représentera ainsi un mécanisme d’appui à la recherche dans l’histoire du temps présent et de préservation de la mémoire, et proposera des recommandations aux institutions concernées.

Le CNDH veillera également, à travers cette unité, à «la prise d’initiatives dans le domaine de la préservation de la mémoire, à commencer par l’interaction avec les différents types de récits personnels sur des évènements historiques en lien avec les violations antérieures», en passant par la réhabilitation socio-économique des centres de préservation de la mémoire jusqu’à la mise en place de musées, le traitement et l’exploitation des archives.

Une mise en conformité avec la vision du CNDH
Le Conseil précise que la mise en place de cette nouvelle structure est un prélude à la mise en œuvre de «la vision intégrée du CNDH, adoptée en 2019 et des dispositions constitutionnelles. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de la mise en œuvre des travaux de l’Instance équité et réconciliation relatives à la lecture historique des événements, notamment en matière des droits de l’Homme, et de la mise en œuvre des travaux de la Commission de suivi des recommandations de l’IER en rapport avec l’histoire et la préservation de la mémoire».

La mise en place de cette unité vise également à «promouvoir l’histoire marocaine en matière des droits de l’Homme dans ses différents affluents», selon le CNDH.

Elle a pour autres objectifs de renforcer son implémentation dans les cursus et les programmes scolaires, en vue de mettre en œuvre une stratégie claire et intégrée qui reflète le processus du développement que connait le paysage des droits de l’Homme au Maroc et de «contribuer à la construction démocratique et à l’ancrage des droits de l’Homme au sein de l’État et de la société ». À noter que le lancement des recherches historiques prévues devra tourner la page d’une longue période d’hésitation en matière d’application des recommandations de l’IER dans ce domaine, pour aboutir à des récits historiques à même de tracer avec objectivité les contours des périodes qui seront sous la loupe des historiens marocains. 

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page