Maroc

Drapeau marocain au sommet du Kilimandjaro : Défi relevé !

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Il aura fallu 5 jours à l’expédition féminine marocaine «le Maroc sur le toit de l’Afrique» pour réussir à gravir les 5.895 mètres du Kilimandjaro.


Entamée le jeudi 30 mars, la montée du plus haut sommet du continent par les 5 Marocaines encadrées par l’aventurier Nacer Ibn Abdeljalil s’est achevée au matin du lundi 3 avril, non sans difficultés. Le froid tout d’abord avec des températures allant de -13 à -20 degrés. Il a fallu également faire face au manque d’oxygène qui a commencé à se faire sentir à partir de 3.000 mètres d’altitude.

Enfin, quel que soit le niveau d’entraînement et les capacités physiques des participantes, il a fallu surmonter les états de fatigue générés par des sessions de marche de 7 à 8 heures par jour.

Blessée à un pied, Malika El Alami a dû se résoudre à abandonner l’expédition à 4.000 m d’altitude. Bien que motivée, cette coach en développement personnel âgée de 58 ans a dû en effet renoncer le 3e jour pour ne pas retarder les autres participants.

Accompagnés par 2 guides aguerris dont Kaleed qui a gravi le Kilimandjaro à 300 reprises, Asmaa Chraibi (44 ans, architecte), Ilham Boujlid (45 ans, consultante),Yasmina Sitail (51 ans, chef d’entreprise), Zineb Alaoui Kacimi (36 ans, directrice d’un établissement d’enseignement) et leur coach Nacer Ibn Abdeljalil ont entamé ensemble la dernière montée qui se fait exclusivement de nuit.

Ils ont donc démarré à 1 heure du matin par -13 degrés. Après 6h20 de marche nocturne, Ilham et Zineb ont été les premières à atteindre «Uburu Peek» à 7h20, suivies d’Asmaa et Nacer à 7h50. Affectée par des difficultés respiratoires dû au manque d’oxygène,Yasmina est arrivée à 8h20.

Défi relevé que celui de porter les couleurs du Maroc sur le plus haut sommet du continent pour célébrer son retour au sein de l’Union africaine. Challenge remporté que celui de dire aux femmes, aux mères marocaines qu’elles peuvent prétendre relever n’importe lequel des défis, sachant qu’à l’exception de Malika El Alami qui avait déjà fait l’ascension du Toubkal, aucune n’avait jamais gravi de sommet.

Il aura fallu également qu’elles soient coachées par Nacer Ibn Abdeljalil pour qu’elles se lancent sereinement dans cette aventure. À 37 ans, les plus hauts sommet d’Europe ou d’Amérique du Sud n’ont plus aucun secret pour cet ancien banquier d’affaires. Pas même l’Everest qu’il a gravi en 2013 (premier Marocain).

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page