Maroc

Drame de Tanger : ce qui s’est réellement passé

Le commandant régional de la Protection civile de Tanger-Tétouan-Al Hoceima révèle que la vraie cause du drame, qui a fait 28 victimes, est la fermeture des portes de l’usine clandestine de textile devant les ouvriers.

Dans une déclaration à la chaîne nationale 2M, le colonel Abderrahim Kabbaj a expliqué, qu’au moment de la montée subite des eaux, les ouvriers ont tenté de sortir et de se sauver mais en ont été empêchés par la porte fermée qu’ils n’ont pas réussi à forcer.


Quant à l’électrocution due à un coup de circuit, évoquée par certains médias et supposée avoir entraîné le décès de plusieurs personnes, elle est dénuée de tout fondement, a assuré le commandant régional de la Protection civile. Sinon, il n’y aurait eu aucun rescapé du drame et même les éléments de la Protection civile, qui sont intervenus sur les lieux, auraient aussi succombé à l’électrocution, a précisé Abderrahim Kabbaj.

Pour celui-ci, il ne fait aucun doute que toutes les victimes soient décédées par noyade, tant le volume des eaux ayant inondé l’atelier clandestin était considérable et les chances de s’en sortir sains et saufs étaient minimes.

« Une unité clandestine de textile située dans la cave d’une villa à Hay Alinas, dans la zone d’El Mers à Tanger, a subi une infiltration d’eaux de pluies lundi matin ayant encerclé certains occupants de cette unité », indiquaient les autorités locales de la wilaya de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima mardi, dans un nouveau bilan provisoire.

« Les autorités locales et les services de sûreté et de la protection civile sont intervenus pour secourir dix personnes qui ont été transférées à l’hôpital régional pour recevoir les soins nécessaires, alors que les dépouilles de 24 autres ont été repêchées », a-t-on précisé de même source. Une enquête a été ouverte par les autorités compétentes. Elle est toujours en cours.

A.Z.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page