Maroc

Croissance inclusive

Après avoir connu en 2015 son plus profond repli depuis 2009, la croissance africaine devrait repartir à la hausse cette année. C’est du moins les prévisions de certaines institutions financières, à l’instar de la Banque mondiale qui table sur une progression de 4,2% du PIB contre 3,5% l’année dernière. Selon l’institution de Bretton Woods, ce retour en forme devrait être effectif «à la faveur de la stabilisation des prix des matières premières et d’une amélioration de la fourniture d’électricité dans beaucoup de pays». Ces indicateurs ont de quoi rassurer, d’autant plus qu’ils montrent que l’accès à l’électricité s’améliore à travers ce continent où on estime à 600 millions le nombre de personnes qui en sont encore privées. La stabilisation des prix des matières premières devrait favoriser l’agriculture et les richesses naturelles africaines. Cependant et encore une fois, il y a lieu de rappeler qu’en Afrique, la croissance n’est apparemment sentie que par les élites politiques et peut-être économiques. L’état de pauvreté de la majorité des populations renseigne fort sur le caractère non inclusif de cette croissance tant médiatisée. Il est temps de concrétiser une croissance inclusive en accélérant l’accès à l’électricité, mais aussi en mettant à niveau les infrastructures, sans oublier de valoriser le rendement agricole. De même, il faut créer plus d’emplois pour les jeunes à travers l’émergence d’une industrie manufacturière digne de ce nom. Telle est la manière de rendre cette croissance profitable à tous !



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page