Maroc

Covid-19 au Maroc: tendance à la baisse ou calme avant la tempête ?

Une nouvelle et bonne tendance: Baisse du taux de reproduction de la Covid-19 et du nombre de nouveaux cas de contamination, mais aussi de plus en plus de guérisons et de moins en moins de décès. Cela veut-il pour autant dire que la situation sanitaire au Maroc s’améliore ? Décryptage.

Fini les heures sombres de la crise sanitaire où, dans la seule métropole casablancaise, le bilan quotidien des contaminations liées à la Covid-19 franchissait la barre des 2.000 cas. Aujourd’hui, tous les signaux sont au vert. La situation sanitaire au Maroc s’améliore. Preuve en est que le taux de reproduction (R0) de la Covid-19 affiche une amélioration continue au point de se stabiliser à 0,80, dimanche dernier, comme annoncé par le ministère de la Santé. Quant au nombre de cas positifs, il continue de baisser, pour la 11e semaine consécutive, et la courbe épidémiologique hebdomadaire relative au nouveau coronavirus au Maroc a évolué en baisse de 26,4 %, jusqu’au 31 janvier. Ces données sont non seulement concrètes, mais actualisées puisqu’elles ressortent du bilan bimensuel du département de la Santé relatif à la situation épidémiologique, tel que présenté mardi par le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies, Abdelkrim Meziane Belfkih.


Par ailleurs, le taux de positivité est passé de 25 à 10 %, et récemment encore à 6 %, alors que le nombre de cas en réanimation a diminué de façon importante passant de plus de 1.100 à moins de 700 cas. Dans les indicateurs fournis par la tutelle, on relève notamment des baisses sensibles dans les régions de Guelmim-Oued Noun, Fès-Meknès, Draâ-Tafilalet, Souss-Massa, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Casablanca-Settat, Marrakech-Safi, l’Oriental, Béni Mellal-Khénifra et Laâyoune-Sakia El Hamra. Seul bémol à ce niveau : la courbe épidémiologique a évolué en hausse dans la région de Dakhla-Oued Eddahab. S’agissant du nombre de décès, il a enregistré une baisse de 40 % au cours des deux dernières semaines. Notons aussi une baisse de 22 % des cas actifs et de 20,4 % des cas en réanimation, durant la même période. Comment expliquer cette nouvelle tendance plutôt rassurante ? Le Dr Tayeb Hamdi, en tant que vice-président de la Fédération nationale de la Santé, explique qu’une régression – voire un recul – de la pandémie est constatée dans le monde.

«Aucune explication scientifique»
Cette régression est imputable aux mesures barrière mises en place par les différents pays pour freiner la propagation du virus, explique le spécialiste. «L’Organisation mondiale de la santé a constaté, au cours de ces trois dernières semaines, une stabilité voire même un recul de la maladie partout dans le monde à cause notamment des mesures restrictives mises en place par les pays les plus touchés par la Covid-19», observe-t-il avant de préciser que les confinements ont grandement contribué à la limitation de la vitesse de propagation du virus dans le monde et au Maroc. Toutefois, poursuit-il, « sur le plan scientifique, il n’y a aucun élément à même d’expliquer cette nouvelle tendance». Une régression de trois semaines de la pandémie, selon le niveau des différents pays, ne suffit pas considérer que la malade est en train de disparaître, souligne toutefois le Dr Hamdi. Les spécialistes s’attendent plutôt à une augmentation des cas de contaminations au vu de l’apparition de nouveaux variants du nouveau coronavirus, nuance-t-il.

Coup de pouce à la campagne de vaccination !
Dans tous les cas, la situation actuelle augure de favoriser le bon déroulement de la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19) dans les rangs du personnel soignant, s’est réjoui le Dr. Moulay Saïd Afif, président de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM). Le développement positif des indicateurs au Maroc « permet au personnel de santé de se faire vacciner de manière calme et de ne pas être perturbé par l’augmentation du nombre des contaminations, comme ce qui a été vécu, à titre d’exemple, en Angleterre », a expliqué le Dr. Afif dans une déclaration à la MAP. En guise d’exemple, le Dr Afif évoque le cas des médecins privés, des pharmaciens et des chirurgiens-dentistes de Casablanca, où plus de 3.300 professionnels de ces corps ont été vaccinés en trois jours, ce qui représente 60 % du personnel soignant âgé de plus de 40 ans, d’après les chiffres fournis par le Conseil régional de l’ordre des médecins. Depuis le début de la campagne de vaccination, au total, plus de 250.000 personnes ont reçu des injections anti Covid-19.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page