Maroc

Comment sensibiliser le grand public sur les enjeux fondamentaux liés au cancer

Il est important pour la santé publique d’envisager de sensibiliser davantage le grand public sur les enjeux fondamentaux liés au cancer. Ceux qui sont détectés à un stade précoce sont plus faciles à traiter et présentent ainsi un risque de mortalité plus faible. Pour réduire significativement le poids que font peser les cancers sur la vie et la santé, le programme ACT-CCA a été lancé. 

Au Maroc, à peu près 50.000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année. La maladie est responsable de 13,4% des décès au niveau national. Plusieurs facteurs tels que la sénescence de la population, le tabagisme et autres changements de mode de vie, jouent le rôle d’accélérateur, aboutissant à une incidence annuelle de 137,3 nouveaux cas pour 100.000 personnes. C’est dans ce sens qu’est lancé, au Maroc, Accelerating Change Together for Cancer Care in Africa’ (ACT-CCA), un programme pour lutter contre le cancer et améliorer ses effets sur les patients. Il offre une plateforme aux partenaires pour co-créer les solutions nécessaires à combler les lacunes dans le parcours de soin des patients, du diagnostic jusqu’au traitement, et au-delà. Parmi les initiatives qui s’articulent autour du sujet, on cite le programme ACT-CCA. Il se concentre sur la sensibilisation du public au cancer, la facilitation de l’accès aux traitements innovants, le déploiement de nouveaux programmes de dépistage et de prévention, et l’éducation des professionnels dans le secteur de la santé à une vision commune pour offrir aux patients atteints de cancer un service de soins d’excellence. Le chapitre régional de l’initiative mondiale Accelerating Change Together (ACT) for Cancer Care est une initiative dirigée par AstraZeneca pour révolutionner la façon dont le cancer est diagnostiqué et traité afin d’améliorer les résultats des soins de la maladie parmi les patients.

Lors de la conférence de presse tenue à Rabat, Rachid Bekkali, directeur exécutif de la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des cancers, des experts cliniques, des spécialistes dans le secteur des soins de santé, des défenseurs des droits des patients et des représentants du secteur privé ont discuté de l’aménagement du cancer au Maroc, et ont réitéré leur engagement à faciliter un accès équitable aux soins contre le cancer pour tous les Marocains.

«Le Maroc a été pionnier dans la lutte contre le cancer en Afrique; c’était l’un des premiers pays africains à développer un plan national pour la lutte contre le cancer et à mettre en place plusieurs projets à cet égard, avec l’engagement de la Fondation Lalla Salma, des autorités sanitaires et de la communauté scientifique. Grâce à l’initiative «Cancer Care Africa», nous visons à déployer tous nos efforts pour surmonter les obstacles qui dissuadent les patients de se faire diagnostiquer et traiter, et, avec le temps, éliminer le cancer comme cause principale de décès», a déclaré Rami Scandar, président sur la région Proche-Orient et Maghreb, AstraZeneca.

Signature d’un protocole d’accord
Afin de développer le système de soins de santé liés à l’oncologie, tout en sensibilisant les patients, en passant par le renforcement des infrastructures et les capacités nécessaires pour la détection précoce, et ainsi parvenir à faciliter l’accès aux traitements innovants pour les patients, AstraZeneca Maroc et la Fondation Lalla Salma ont signé un protocole d’accord pour collaborer conjointement.

Ainsi, au cours des trois prochaines années, ACT-CCA au Maroc prévoit d’atteindre 35.000 patients à travers le pays, de développer les tests de dépistage du cancer du poumon et de l’ovaire, d’encourager les patients à se diagnostiquer pour le cancer de la prostate, et d’introduire de nouvelles technologies de dépistage par intelligence artificielle (IA). Le programme est dirigé par un comité composé de médecins et d’institutions d’oncologie, et acteurs associatifs.

Ce comité est censé orienter l’intervention politique, partager les expériences, au-delà des frontières et placer les patients atteints de cancer au centre de tous ses efforts. Les membres se réuniront régulièrement pour faire avancer les projets et les initiatives de lutte contre le cancer. Pour Rachid Bekkali, il est important de collaborer pour améliorer les résultats des soins du cancer pour les patients.

«Avec les grands progrès déjà réalisés au Maroc quant aux soins contre le cancer, nous sommes conscients de l’importance de continuer à munir les patients et les praticiens de santé des moyens nécessaires pour les aider à lutter contre cette maladie de la meilleure façon possible. Cette collaboration crée non seulement un pont entre les praticiens privés et les spécialistes de la santé publique, mais fournit également un programme structuré autour de la détection précoce, du diagnostic et du traitement du cancer. ACT-CCA nous donne également la possibilité de lutter contre le cancer au Maroc en mettant en œuvre de solides programmes de soutien et de sensibilisation, transformant ainsi les résultats des soins du cancer pour les patients».

Par ailleurs, il est estimé que 2,1 millions de nouveaux cas de cancer et 1,4 million de décès sont prévus chaque année, d’ici à 2040, à travers le continent. Les cancers du sein et de la prostate sont parmi les trois types de cancer les plus répandus.

Pour rappel, le Maroc commémore le 22 novembre de chaque année la Journée nationale de lutte contre le cancer, une occasion pour sensibiliser la population de l’importance d’une bonne hygiène de vie et d’un dépistage précoce.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page