Maroc

Chine : Baisse des réserves en devises

Les énormes réserves de devises de la Chine ont fondu de 99,5 milliards de dollars en janvier pour tomber à environ 3.200 milliards de dollars, soit leur plus bas niveau depuis mai 2012.

Les réserves de devises de la Chine ont drastiquement fondu en janvier à des niveaux inédits, depuis près de quatre ans. Pékin vendait des dollars pour soutenir sa monnaie nationale, le yuan, a annoncé dimanche la Banque centrale chinoise (PBOC). Ainsi, les énormes réserves de devises de la Chine ont fondu de 99,5 milliards de dollars en janvier pour tomber à environ 3.200 milliards de dollars, soit leur plus bas niveau depuis mai 2012, a indiqué la PBOC sur son site internet, rapporte la presse étrangère.
Les inquiétudes quant à l’état de santé de l’économie chinoise ont affaibli sa devise nationale, qui a atteint, elle, son plus bas niveau en cinq ans. La PBOC vend des dollars américains pour soutenir le yuan, alors que, au même moment, le pays cherche à enrayer les fuites massives de capitaux hors de Chine.


Contrôle des capitaux
Certains analystes estiment que la monnaie nationale n’a pas fini de glisser et s’interrogent sur les capacités de Pékin à réagir. «Si les réserves (de devises) représentent un trésor de guerre non négligeable, le rythme auquel elles sont en train de fondre ces derniers mois est tout simplement insoutenable», a déclaré Rajiv Biswas, analyste chez IHS Global Insight à Bloomberg News, d’après le site de la Bourse en ligne Boursorama.
Cette baisse des réserves est toutefois inférieure à celle enregistrée durant le mois de décembre (108 milliards de dollars), qui représentait un record. Pour tenter de limiter les dégâts, la Chine a resserré certains mécanismes de contrôles des capitaux. La baisse plus faible du niveau des réserves fait penser que certaines restrictions imposées aux sorties de capitaux en janvier ont porté leurs fruits, indiquent certains analystes.

Une croissance économique de 6,5 à 7%
La Chine s’est donné pour 2016 un objectif de croissance économique «entre 6,5% et 7%», a expliqué une semaine auparavant l’agence de planification du pays, la «National Development and Reform Commission». Les investisseurs du monde entier suivent de près le ralentissement dans la deuxième économie du monde, qui a provoqué des turbulences sur les places financières depuis le début du mois d’août. Il est important de noter que les chiffres annoncés par la Chine ne reflètent pas toujours la réalité de la situation du pays quant à l’aspect macroéconomique.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page