Maroc

Casablanca-Settat : le budget d’investissement approuvé

Le Conseil régional de Casablanca-Settat consacrera plus de 1,9 MMDH aux dépenses d’investissement au cours du prochain exercice budgétaire pour la réalisation de plusieurs projets d’envergure.

À l’entame de leur nouveau mandat, les grands élus de la Région Casablanca-Settat ont approuvé le budget 2022, à la majorité des membres du conseil, lors d’une session extraordinaire qui a été réservée à la finalisation de la liste des projets prioritaires. «Le budget d’investissement, qui devrait dépasser les 1,9 MMDH, sera consacré à la réalisation des programmes qui entrent dans le domaine d’attributions du conseil. Lesdits programmes devront répondre aux attentes pressantes des habitants de la région et concrétiser les objectifs de la régionalisation avancée», indique le compte-rendu de la session extraordinaire. L’impératif est d’«honorer les engagements déjà pris dans le cadre des conventions et contrats déjà signés par le conseil et dont la valeur dépasse 915 MDH».


Une nouvelle vision  finalisée
Les membres du Conseil régional se sont accordés à consacrer 505 MDH pour initier la mise en œuvre de la vision actuelle, en matière d’approche de développement, notamment pour ce qui relève des activités économiques, des secteurs sociaux prioritaires et de la création d’emplois, comme l’indique le conseil à l’issue de cette session extraordinaire.

Durant la prochaine session ordinaire, de nouvelles dotations seront approuvées, portant sur les nouveaux projets à financer, avec un montant prévisionnel qui devrait dépasser 520 MDH. «Le budget 2022 sera consacré au financement de plusieurs projets structurants qui viendront renforcer les services de base et s’inscrire dans un développement spatial équitable entre les différents territoires de la région. À souligner que la liste provisoire des projets, qui ont été arrêtés par les Commissions régionales, englobe essentiellement la construction du complexe sanitaire ainsi que la réalisation de programmes d’intégration économique et ayant trait à des activités génératrices de revenus. Il est prévu que d’autres projets, notamment à vocation touristique ou liés à la maintenance ou l’extension du réseau d’eau potable et d’assainissement, soient, également, entérinés par le conseil.

Toujours concernant le volet des infrastructures, le Conseil régional contribuera au financement des travaux d’aménagement de plusieurs routes régionales. Il faut dire que les élus ont affiché, durant la session extraordinaire qui s’est tenue, une forte mobilisation pour la poursuite du Plan de développement régional (PDR) dans l’objectif de baliser le chemin devant la prise de nouvelles résolutions avant la fin de cette année. Un nouveau règlement intérieur a, par ailleurs, été approuvé, de même que les membres du bureau du conseil ont tenu une réunion avec le bureau d’études chargé de la conception du Schéma régional d’aménagement du territoire pour faire le point sur l’état d’avancement de l’étude stratégique. À cette occasion, le conseil a exposé au bureau d’études sa vision concernant l’approche à adopter durant les prochaines étapes.

PDR: plus de 78% des projets lancés ou achevés

Les indicateurs phares de l’état d’avancement du Plan de développement régional (PDR) montrent que le planning global des projets arrêtés par les élus régionaux avance conformément aux prévisions initiales. Ainsi, ce sont près de 60 MMDH de dotations qui ont été engagées, ce qui a permis d’atteindre un taux de réalisation de l’ordre de 78%. Pour rappel, le budget initialement prévu, au titre de l’amélioration des conditions de vie des habitants, s’élevait à 2,6 MMDH, avec un intérêt particulier pour les catégories sociales en situation de précarité et les personnes à besoins spécifiques, en complémentarité avec les programmes de l’INDH. L’intervention du PDR a consisté, essentiellement, en la réalisation de projets destinés à renforcer le réseau des centres et structures de proximité, l’accompagnement du secteur informel, la généralisation de l’enseignement primaire, la réhabilitation des établissements de santé, la création d’un centre de gestion des interventions d’urgence et des opérations de secours ainsi que la protection de l’environnement. Le 2e niveau d’intervention du PDR de la Région Casablanca-Settat a porté sur le renforcement de la mobilité au niveau de la région, avec une dotation de 27 MMDH qui a été réservée à ce volet névralgique. Le bilan cite, en particulier, l’extension de la ligne de tramway, le développement du parc d’autobus, l’aménagement de routes urbaines, provinciales et d’autoroutes, ainsi que la réalisation d’ouvrages d’art et de tunnels au sein des espaces urbains de la région.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page