Politique

Programmes électoraux. L’USFP étaye ses arguments pour le prochain mandat

Le parti de la rose s’est engagé sur 150 mesures qui forment l’ossature de son programme électoral, au moment où le principe de «l’alternance» demeure prioritaire pour les militants du parti.

C’est le secrétaire général de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) qui a présenté les grandes lignes du programme électoral du parti qui veut dépasser la crise des résultats qui a marqué ses scores électoraux durant les deux derniers mandats.


Pour le n° 1 du parti de la rose, «le parti a appelé depuis 2016 d’activer le principe de l’alternance, de même que les efforts du parti se sont focalisés sur le changement du paysage politique en partant de cette nouvelle alternance», a-t-il indiqué lors de la présentation des objectifs recherchés par son parti durant sa participation au double scrutin du 8 septembre prochain.

«Un État fort a besoin d’institutions fortes composées du Parlement et des instances élues, ce qui nécessite des élites politiques dotées de la compétence et de l’intégrité requises pour servir la société marocaine».

Le SG de l’USFP a insisté sur le respect des mesures préventives durant la campagne électorale qui sera menée par ses candidats, et de coordonner avec les autorités locales pour tous les meetings qui seront tenus et dont le nombre total ne peut en aucun cas dépasser 25 personnes.

150 mesures projetées

«Le Maroc d’abord», et la thématique qui a été choisie par la principale formation historique de la gauche. Il s’agit d’un programme articulé autour du pôle social.

«L’USFP veut atteindre un système social juste à travers la généralisation de la couverture médicale, ainsi que le renforcement des investissements publics qui sont réservés aux secteurs sociaux», indique le programme du parti qui met le secteur de la santé au sommet de ses priorités.

Les mesures préconisées pour le secteur s’articulent autour de la gouvernance, à travers la révision des missions du ministère et le renforcement de la régionalisation avancée en vue de mettre un terme aux inégalités qui marquent toujours le système sanitaire.

En matière du financement des projets sanitaires, l’USFP propose de hausser le budget du département de la Santé d’au moins 10% pour le budget général, et «d’imposer aux collectivités territoriales, dont le budget dépasse 500 MDH, de contribuer à 10% dans les projets sanitaires à vocation locale», indique le programme du parti de la rose.

Pour l’éducation, les propositions de l’USFP mettent en avant la nécessité d’accélérer la cadence de la généralisation de l’enseignement primaire au sein de l’ensemble des zones rurales et de procéder à la requalification du corps éducatif.

Pour les autres cycles de formation, les engagements formulés par le parti insistent sur la nécessité de prendre en compte des demandes exprimées par le corps enseignant au sein des divers cycles de formation en vue de pouvoir motiver les ressources humaines pédagogiques en vue de hausser la qualité de l’enseignement marocain.

À noter que le programme du parti s’est aussi intéressé aux mesures aptes à améliorer la compétitivité de l’économie nationale, ce qui devra impacter positivement les indicateurs relatifs à l’emploi des jeunes diplômés dans les secteurs émergents.

C’est le cas aussi pour les propositions formulées en vue d’améliorer la formation professionnelle qui devra plus que jamais s’aligner aux exigences des stratégies sectorielles dans l’optique de mettre ses stratégies au service de l’intérêt national.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page