Politique

Habitat : la loi de Finances rectificative estompe les maux de la Covid

Les indicateurs du secteur de l’Habitat s’inscrivent en hausse, après les pertes constatées lors des premiers mois de la crise sanitaire. Pour ce qui est du programme gouvernemental relatif à la contractualisation, 20.000 bâtiments ont été concernés au cours de cette année, avec 11.590 familles bénéficiaires.

Les mesures contenues dans la loi de Finances rectificative, se rapportant à l’habitat, ont eu un effet salvateur sur le secteur. C’est là le constat dressé, mardi au Parlement, par la ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb.


Selon la responsable ministérielle, le repli de 17% constaté dans cette activité, durant les premiers mois de la crise sanitaire, a été contrebalancé par une hausse significative relevée après la mise en œuvre des mesures prévues dans la loi de Finances rectificative. Déroulant une série de chiffres, Bouchareb a mis en avant la réalisation d’environ 500.000 unités de logement. Ce volume aurait, selon la ministre, permis de réduire le déficit en logements en passant de 1,2 million d’unités à 390.000 unités. Et de souligner que les projets en la matière sont maintenus malgré la crise sanitaire, puisqu’il a été procédé à la création de 50.000 unités de logement lors du premier semestre de cette année. Un autre point non moins crucial a, par ailleurs, été abordé à l’initiative du groupe socialiste et celui du Rassemblement national des indépendants : il porte sur les édifices menaçant ruine.

À ce titre, Bouchareb a affirmé que, depuis l’année 2012, 43.734 bâtiments menaçant ruine ont été recensés au niveau national, dont 83% sont densément peuplés. Soulignons que 80% des bâtiments sont situés dans le milieu urbain et 19% dans le milieu rural, selon les chiffres de la tutelle. Pour ce qui est de la contractualisation des bâtiments, Bouchareb a fait le point sur le programme gouvernemental en la matière. Dans ce volet, il a été jusqu’à présent procédé à la contractualisation de 20.000 bâtiments, et le nombre de bénéficiaires au cours de l’année 2020 a atteint 11.590 familles vivant dans ces bâtiments. Par ailleurs, sept nouveaux accords ont été signés concernant 3.080 bâtiments, portant le nombre total à plus de 14.000 bâtiments qui ont fait l’objet de contractualisation.

S.N / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page