Politique

Élections. Les grandes lignes du programme du PSU

Le programme du PSU repose sur deux principes de base, à savoir la souveraineté et la primauté de la loi qui organise et encadre l’activité économique, ainsi que l’adoption du principe de la reddition des comptes liés à la gestion de l’économie en commençant par la soumission de l’État, et de toutes ses composantes, au contrôle de l’appareil législatif et juridique. 

Renforcer la marche de développement et surmonter les obstacles entravant le parachèvement du processus de réformes… telles sont les orientations du programme électoral du Parti socialiste unifié (PSU) en lice aux prochaines élections du 8 septembre 2021.


Pour ce faire, le programme électoral de ce parti, qui porte le slogan «Toujours au service des questions de la Nation et du Peuple», ambitionne d’instaurer une économie nationale forte et efficiente, qui respecte l’environnement, et valorise le citoyen marocain en lui accordant toutes ses dimensions humaines et en fournissant les conditions de lutte contre la corruption sous toutes ses formes.

Ce programme vise aussi l’élimination de la rente, des privilèges, de la combinaison inacceptable de l’argent et du pouvoir ainsi que d’autres obstacles structurels.

Dans ce sens, le programme du PSU repose sur deux principes de base, à savoir la souveraineté et la primauté de la loi qui organise et encadre l’activité économique, ainsi que l’adoption du principe de la reddition des comptes liés à la gestion de l’économie, en commençant par la soumission de l’État, et de toutes ses composantes, au contrôle et à la reddition de l’appareil législatif et juridique.

Une politique économique qui produit de l’investissement

Ainsi, le parti s’engage à construire une politique économique efficace, qui produit l’investissement et l’emploi, à travers plusieurs actions.

Cette politique permettra de reconsidérer le rôle économique et directeur de l’État et l’adopter en tant qu’outil stratégique dans toute politique de développement, de soumettre les équilibres macro-économiques aux équilibres sociaux, environnementaux en faveur de l’intérêt national.

Et ce en mettant en place des politiques publiques volontaristes à même de permettre le décollage effectif de l’investissement productif, la promotion du travail, l’élargissement du marché interne et la réduction des disparités sociales.

En outre, le parti porte l’ambition de mettre en place une politique programmée et volontariste, capable de maitriser le déficit budgétaire et destinée principalement à l’investissement productif d’emplois, notamment dans le milieu rural.

Ladite politique sera aussi en mesure de garantir l’accès démocratique et équitable de tous les citoyens aux services publics et la lutte contre la pauvreté et la précarité.

La réforme de la justice et de la fiscalité

Par ailleurs, le PSU vise la création d’un environnement propice au développement de l’investissement et de l’emploi, à travers la réforme de la justice, afin d’assurer la protection juridique équitable des investisseurs, la réforme de l’administration et la lutte contre la corruption tout en mettant un terme à l’impunité pour les crimes économiques.

Dans ce cadre, le parti entend mettre en place une politique contractuelle entre les composantes de l’économie nationale, à savoir le secteur public, le secteur privé ainsi que les collectivités territoriales et les établissements de formation et de recherche. Il s’agit d’une politique qui garantit à chacun ses droits et ses obligations, dans le cadre d’un partenariat clair, et encourage les secteurs employeurs de main-d’œuvre dans l’agriculture, l’industrie et les services.

Le PSU promet aussi d’instaurer une politique fiscale privilégiant les entreprises nationales qui investissent dans la création d’emplois destinés aux jeunes, de lier les incitations fiscales à la création d’emplois et de traiter le problème de la dette interne, à travers la négociation avec les principaux créanciers de l’État.

Ceci dans le but de transformer ledit endettement en investissements productifs d’emplois et rentables pour toutes les parties. Il s’agit aussi de l’initiation de la réforme fiscale et d’une réforme du secteur bancaire pour remettre en question le programme de privatisation et transformer la dette interne en investissements productifs.

Une politique agricole avancée

En ce qui concerne l’agriculture, le parti aspire à mettre en place une politique agricole avancée, équilibrée et intégrée, tout en optant pour le principe de discrimination positive au profit du monde rural par la fourniture de services, de facilités et des équipements nécessaires au développement de l’humain et de son environnement.

En matière de lutte contre la rente, le parti s’engage à combattre ce phénomène et tous les privilèges et monopoles hors la loi et à mettre fin au système de permis de travail dans les secteurs du transport, des mines, de la pêche maritime et des eaux minérales en le remplaçant par la gestion publique.

La réussite des réformes économiques passe, également, selon le PSU, par la lutte contre la corruption et le clientélisme.

Le parti met aussi l’accent sur l’instauration d’une politique ouverte sur l’extérieur qui respecte les équilibres internes du pays, et veille à définir les secteurs stratégiques et sensibles qui ont besoin de soutien et d’encadrement face à la concurrence externe.

Marché du travail : création d’un observatoire national

En matière d’emploi et de garantie de la vie digne, le PSU s’engage à mettre en place une panoplie d’actions, notamment la création d’un observatoire national pour le suivi du marché du travail et de ses besoins, la mobilisation de tous les outils de recherche scientifique pour définir les besoins futurs, à travers une planification à même de permettre la prise de décision aux niveaux national, régional et sectoriel.

Le PSU propose aussi de créer des centres régionaux d’emploi et de formation qui regroupent les acteurs économiques et sociaux ainsi que les représentants de la formation professionnelle, faciliter l’insertion des jeunes chômeurs par des formations et indemniser les chômeurs afin de leur faciliter l’insertion sociale et la recherche d’un emploi.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page