Politique

Dialogue social : l’État améliore son offre aux syndicats

Le gouvernement versera la dernière tranche de la hausse des salaires des fonctionnaires, tel que convenu entre les partenaires sociaux. Les réponses des syndicats dans le cadre du dialogue social sectoriel sont toujours attendues.

Le gouvernement tente d’impliquer les centrales syndicales dans la mise en œuvre du dispositif de lutte contre la Covid-19. Un appel a été lancé par le département de l’Emploi et de l’intégration professionnelle aux centrales syndicales les plus représentatives afin qu’elles adressent leurs réponses au gouvernement, le dialogue social sectoriel ayant été lancé il y a près de dix mois par les partenaires sociaux. Les représentants des salariés continuent en effet de boycotter les réunions programmées par le département de l’Emploi, et n’ont pas encore adressé leurs réponses écrites au gouvernement concernant leur cahier revendicatif. La plus importante annonce a été faite par le chef de gouvernement sous la coupole, indiquant que le gouvernement devra verser la 3e tranche de la hausse des salaires décidée à l’issue du round de 2019, une démarche à même de débloquer les pourparlers. À noter que seule l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM) a favorablement répondu aux sollicitations de l’Exécutif en vue d’accélérer les négociations.


Le compte-rendu de la réunion indique que la généralisation des indemnités de mobilité a été opérée, «tout en obligeant les ordonnateurs à respecter les critères et normes de leur octroi, l’accélération du processus de promotion sur la base de critères objectifs et transparents approuvés par les représentants de la direction et des fonctionnaires». Le transport du personnel au niveau central a été acté «dans la perspective d’en élargir le bénéfice au profit du reste des fonctionnaires». Le gouvernement s’est aussi engagé à renforcer les inspections menées par l’organe compétent, avec l’entrée en service de 40 nouveaux inspecteurs en 2020, et de l’intégration de 28 nouveaux agents dont le statut sera modifié à l’issue d’une période de formation, passant ainsi d’administrateur à inspecteur du travail, indique le département de l’Emploi. Les inspecteurs du travail disposent d’une plateforme électronique, choughl.com, qui permet d’encadrer les interventions menées par cet organisme dans le but de simplifier la mission des agents de l’Inspection du travail et de permettre l’évaluation de leur action. 

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page