Monde

Production aux États-Unis : Paris et Berlin volent au secours de l’UE

Paris et Berlin demandent plus d’équité à Washington par rapport à la subvention de certains produits stratégiques fabriqués sur le territoire américain. Ainsi, ils entendent saisir toutes les politiques commerciales de l’UE afin de garantir une concurrence équitable au niveau mondial.

L’Allemagne et la France n’apprécient pas trop la démarche des États-Unis visant à subventionner certains produits stratégiques fabriqués sur le territoire américain. Face à ce phénomène, les deux pays réclament que les produits conçus en Europe bénéficient des mêmes avantages. Par la même occasion, ils somment Washington de faire en sorte que «les produits européens soient éligibles aux crédits d’impôt de la même manière que les produits américains le sont».

Ainsi, dans un communiqué, Paris et Berlin avancent des propositions pour une réplique européenne au plan de subventions américain. Ces propositions misent sur un assouplissement des règles européennes relatives aux aides d’État, aux subventions et aux crédits d’impôt, précise la même source ajoutant que «nous utiliserons tous les instruments de la politique commerciale de l’UE pour préserver le marché unique et garantir des conditions de concurrence équitables au niveau mondial». Les pays de l’Union européenne sont des «partenaires» et des «alliés» de Washington, ce qui justifierait qu’ils perçoivent eux aussi une partie de l’argent déversé par l’administration américaine dans le cadre de l’Inflation Reduction Act (IRA), argumentent Paris et Berlin dans une note commune.

Par ailleurs, l’Union européenne accuse depuis plusieurs mois les Américains de fausser la concurrence industrielle via l’IRA, un plan de 420 milliards de dollars qui prévoit notamment de généreuses subventions pour les entreprises de certains secteurs stratégiques, à savoir : véhicules électriques, batteries etc., pour peu qu’elles localisent leur production aux États-Unis. Pour remédier à cette situation, Paris et Berlin demandent donc à ce que l’UE bénéficie des mêmes dérogations que certains pays comme le Canada et le Mexique, qui ont accès aux subventions américaines.

«C’est dans notre intérêt mutuel de trouver rapidement un terrain d’entente», à l’heure où l’Europe et les États-Unis «coopèrent pour faire face à la guerre de la Russie contre l’Ukraine», estiment les ministres français et allemand de l’Économie, Bruno Le Maire, et Robert Habeck.

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page