Monde

Plus de 17 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire

Plus de 17 millions de personnes sont actuellement en situation de crise et d’insécurité alimentaire dans la région de l’Afrique de l’ Est, a averti dimanche l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les 17 millions de personnes concernées et qui ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence vivent à Djibouti, en Érythrée, en Éthiopie, au Kenya, en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan et en Ouganda, a relevé l’agence onusienne, expliquant que la sécheresse généralisée dans la Corne d’Afrique s’est intensifiée car les pluies enregistrées durant la période d’octobre à décembre derniers ne représentaient qu’un quart des précipitations attendues.


Ainsi, si la réponse n’est pas immédiate et suffisante, les risques seront considérables et les coûts élevés, a mis en garde la directrice générale adjointe de la FAO pour le climat et les ressources naturelles, Maria Helena Semedo, soulignant que «l’ampleur de la situation appelle à une action et une coordination accrues aux niveaux national et régional. C’est avant tout un moyen de subsistance et une urgence humanitaire, et il est temps d’agir».

Actuellement, près de 12 millions de personnes à travers l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie ont besoin d’une aide alimentaire car les familles ont un accès limité à la nourriture et aux revenus, ainsi qu’une dette croissante, de faibles stocks de céréales et de semences et une faible production de lait et de viande, notant que la pénurie alimentaire aiguë et la malnutrition demeurent également une préoccupation majeure dans de nombreuses régions du Soudan du Sud, du Soudan et de la région de Karamoja en Ouganda.

D’après la responsable onusienne, la situation de sécheresse dans la région est extrêmement inquiétante, principalement dans presque toute la Somalie, mais aussi dans le sud et le sud-est de l’Éthiopie ainsi que dans le nord du Kenya.

De son côté, le sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour l’Afrique, Bukar Tijani, a averti que l’insécurité et les chocs économiques affectent les personnes les plus vulnérables, ajoutant que «la situation se détériore rapidement et le nombre de personnes ayant besoin de moyens de subsistance et d’une aide humanitaire d’urgence devrait augmenter, car la saison sèche et maigre continuera d’avoir des répercussions négatives importantes sur les moyens de subsistance et les biens des ménages ainsi que sur la sécurité alimentaire et la nutrition des populations touchées des communautés rurales».

Dans ce sens, la FAO a lancé un appel à une participation accrue et systématique des États membres, à une réponse efficace aux besoins identifiés et au renforcement des efforts de mobilisation des ressources.

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page