Monde

Peter Madsen plaide non coupable

 

Peter Madsen, ingénieur danois, est accusé d’avoir tué puis démembré le corps de Kim Wall, journaliste suédoise venue l’interviewer à bord de son sous-marin, le Nautilus. Théâtre du crime, il repose dans le port de Copenhague et sera au centre du procès. Peter Madsen est jugé pour meurtre, atteinte à l’intégrité d’un cadavre et agression sexuelle. Douze journées d’audience sont prévues entre le 8 mars et le 25 avril pour comprendre comment est décédée la jeune journaliste indépendante âgée de 30 ans. Elle le trouvait énigmatique. Entrepreneur excentrique ou assassin ? Peter Madsen réfute le portrait du pervers aux pulsions morbides esquissé par l’accusation.


Lors de la première journée d’audience qui a commencé à 9h30, le Danois a nié, en présence de proches de la victime dont ses parents, avoir tué Kim Wall. Dans l’après-midi il a affirmé que jeune femme avait succombé à une soudaine dépressurisation de l’habitacle du sous-marin. Selon son récit, la chute de pression d’air a créé un phénomène d’aspiration faisant tomber le panneau de l’écoutille et piégeant Kim Wall dans le submersible qui s’est alors empli d’échappements toxiques. Lui, se trouvait alors sur le pont, a-t-il raconté à la cour. L’inventeur, qui à maintes fois a changé de version continue de clamer son innocence. S’il a toujours nié être responsable de la mort de la journaliste, il a tout de même reconnue avoir découpé son corps il y a quelques mois.

Le 10 août 2017 en début de soirée, la Suédoise embarque à bord du sous-marin UC3 Nautilus. La pigiste de The Guardian et du New York Times souhaite rédiger le portrait de cet ingénieur autodidacte de 47 ans surnommé «Racket Madsen». Dans la nuit, le compagnon de Kim Wall, inquiet de ne pas recevoir de nouvelles, alerte la police. Le 11 août, Peter Madsen est secouru dans la baie de Køge, entre Danemark et Suède, alors que son sous-marin est en train de couler. La pigiste, elle, est introuvable. Il explique dans un premier temps que le submersible a été victime d’une avarie et qu’il a débarqué Kim Wall vers 22h30.
Rapidement, l’ingénieur est placé en garde à vue et écroué le lendemain pour homicide par négligence. Il confirme finalement la mort de journaliste le 21 août et assure que la jeune femme est morte par accident. Selon lui, elle aurait pris le panneau de l’écoutille de 70 kilos sur la tête et, pris de panique, il aurait jeté son corps à la mer.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page