Monde

France-Turquie : accord sur un “cessez-le-feu verbal”

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian s’est félicité vendredi d’un «cessez-le-feu verbal» entre Paris et Ankara, mais a aussi réclamé des gestes concrets du président turc Recep Tayyip Erdogan sur une série de contentieux. «Il y a une espèce de cessez-le-feu verbal. C’est déjà pas mal mais ce n’est pas suffisant», a-t-il déclaré à la presse, estimant que la relation bilatérale était désormais «dans une phase de convalescence». «Le cesse-le-feu verbal, ça ne veut pas dire des actes et nous attendons de la Turquie des actes sur des sujets sensibles , notamment en Libye et en Syrie, mais aussi en Méditerranée orientale et sur la question de Chypre», a-t-il ajouté. «On va voir si le président Erdogan a changé plus que dans les mots, s’il a changé dans les actes». Après des mois de tension, le président français Emmanuel Macron et son homologue turc se sont rencontrés lundi à Bruxelles dans «un climat apaisé», s’engageant notamment à «travailler ensemble» sur la Libye et la Syrie, selon Paris. La France et de nombreux pays réclament le départ des militaires étrangers et mercenaires – estimés à 20.000 fin 2020 par l’ONU – déployés en Libye afin de conforter les espoirs de paix qui se sont esquissés ces derniers mois dans ce pays. Il s’agit notamment de troupes turques et de mercenaires syriens mobilisés par la Turquie, ainsi que des mercenaires du groupe privé russe Wagner.

«Là il y a eu un peu d’ouverture. Nous allons commencer à travailler avec les Turcs sur la question libyenne, en particulier sur les milices «, a relevé Jean-Yves Le Drian. En Méditerranée orientale, où un incident a opposé des bâtiments turc et français en juin 2020, Paris a soutenu Athènes face aux ambitions gazières d’Ankara.


En octobre dernier, Erdogan avait aussi mis en cause la «santé mentale» d’Emmanuel Macron, l’accusant de mener une «campagne de haine» contre l’islam, parce qu’il avait défendu le droit de caricaturer le prophète Mahomet et pour son discours contre le «séparatisme» islamiste en France. La Turquie multiplie depuis le début de l’année les gestes envers ses alliés occidentaux et régionaux pour sortir de son isolement croissant sur les scènes régionale et internationale.

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page