Monde

Covid-19 : l’Afrique en retard sur la cadence de vaccination

Le chemin de l’immunité collective semble être encore long pour l’Afrique. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en effet, près de 80% des pays du continent devraient rater l’objectif de vacciner 10% de leur population contre la Covid-19 d’ici la fin du mois de septembre.

L’organisation onusienne s’attend à ce que 42 des 54 nations de l’Afrique ne puissent pas atteindre cet objectif, eu égard au rythme actuel des livraisons de vaccins et des vaccinations. Neuf pays africains, dont l’Afrique du Sud, le Maroc et la Tunisie, ont déjà atteint cet objectif mondial fixé en mai par l’Assemblée mondiale de la santé, rappelle néanmoins un communiqué de l’OMS publié jeudi.


Au rythme actuel, trois autres pays africains devraient atteindre cet objectif, tandis que deux autres pourraient l’atteindre s’ils accélèrent les vaccinations, affirme la même source. «A moins d’un mois de l’échéance, cet objectif imminent doit concentrer les esprits en Afrique et dans le monde. (…) Les pays africains doivent mettre au point des plans précis pour vacciner rapidement les millions de personnes qui font encore face à une grave menace de la Covid-19», a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Près de 21 millions de vaccins contre la Covid-19 sont arrivés en Afrique via le mécanisme Covax en août, une quantité égale à celle des quatre mois précédents réunis. Avec plus de vaccins attendus en septembre, l’Afrique aurait suffisamment de doses pour atteindre l’objectif de vacciner 10% de la population de chaque pays du continent, a expliqué Moeti.

Selon l’OMS, avec plus de 143 millions de doses administrées, seulement 39 millions de personnes, soit environ 3% de la population africaine, sont entièrement vaccinées, alors que 52% des personnes sont entièrement vaccinées aux Etats-Unis et 57% dans l’Union européenne. D’après Moeti, la pandémie de Covid-19 présente encore un gros risque en Afrique, qui a signalé près de 215.000 cas et plus de 5.500 décès la semaine dernière. «Bien que la troisième vague ait culminé en Afrique en juillet, le déclin des nouveaux cas est à un rythme plus lent que lors des vagues précédentes. La pandémie fait toujours rage en Afrique et nous ne devons pas baisser la garde», a-t-elle indiqué..

Sami Nemli avec Agence / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page