Monde

Cours mondiaux : Huiles végétales et produits laitiers explosent les compteurs

Les prix des produits alimentaires ont à nouveau progressé, selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture pour le mois de mars.

La flambée continue pour les produits alimentaires, dont les cours mondiaux ont une nouvelle fois progressé en mars dernier, tirés par les huiles végétales et les produits laitiers. La courbe de la hausse s’allonge ainsi pour le dixième mois consécutif, selon les données publiées jeudi par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 118,5 points en mars, soit une hausse de 2,1% par rapport à février et son niveau le plus haut depuis juin 2014. Selon l’organisation onusienne, la progression relevée en mars s’explique par celle constatée sur l’indice des prix des huiles végétales ( +8% d’un mois à l’autre), et qui frôle un plus haut depuis presque dix ans. S’agissant des produits laitiers, leur indice s’est apprécié de 3,9% sur un mois, les prix du beurre ayant profité de «disponibilités quelque peu limitées en Europe et d’une hausse de la demande en prévision d’une reprise du secteur de la restauration».


Concernant les prix du lait en poudre, ils ont également progressé, soutenus par une forte augmentation des importations en Asie, en particulier en Chine, détaille la FAO. L’indice des prix de la viande est en hausse de 2,3%. Les cours de la volaille ont augmenté, ceux de la viande bovine sont restés stables tandis que ceux des ovins ont reculé.

De leur côté, les prix des céréales ont baissé de 1,8%, mais restent en hausse de 26,5% par rapport à mars 2020. Les prix du blé à l’exportation sont ceux qui ont le plus baissé, principalement parce que l’offre est satisfaisante et que les perspectives de production pour les cultures de 2021 sont favorables, explique la FAO. Les prix du maïs et du riz ont également fléchi, mais ceux du sorgho ont progressé. L’indice des prix du sucre a cédé 4% mais reste supérieur de plus de 30% à son niveau de mars dernier. La FAO s’attend à ce que la production céréalière mondiale enregistre sa troisième année consécutive de hausse en 2021. L’organisation a revu à la hausse ses premières estimations concernant la production mondiale de blé, les conditions de culture étant meilleures que prévu dans plusieurs pays. Selon la même source, la production mondiale de blé devrait atteindre le niveau record de 785 millions de tonnes en 2021, marquant une hausse de 1,4% par rapport à 2020. La FAO juge «probable que la production connaisse un rebond important dans toute l’Europe» et s’attend à une récolte record en Inde. La production de maïs devrait, elle aussi, être au-dessus de la moyenne, selon le bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, publié également jeudi. 

Sami Nemli avec agence / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page