Éco-Business

Webinaire CRI MEETING DAYS. Troisième édition, sous le thème ‘‘Ecotourisme : Résilience, Relance et Réinvention’’

Le Centre Régional d’Investissement Marrakech Safi a organisé la troisième édition des « CRI MEETING DAYS », sous le thème ‘‘Ecotourisme : Résilience, Relance et Réinvention’’.

Devenu un incontournable de l’investissement et de l’analyse concertée des tendances socio- économiques, ce rendez-vous a connu la participation de Madame Nadia Fettah Alaoui, Ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale et Solidaire, en plus d’un panel d’experts de premier rang : Monsieur Imad Barrakad, Président du Directoire de la SMIT ; Monsieur Hamid Bentahar, Président du Conseil Régional du Tourisme de Marrakech-Safi ; Madame Bouchra Boutaleb, Représentante du département fédéral des affaires étrangères de l’Ambassade Suisse au Maroc ; Monsieur James Mc Gregor spécialiste ayant accompagné plusieurs gouvernements dans le développement de leur offre et produits écotouristiques ; Monsieur Ali Ghannam, Expert Sectoriel, Rapporteur du dernier rapport du CESE sur le tourisme comme levier de développement durable et inclusif ; et enfin, Madame Armelle Solelhac experte de l’écotourisme, auteure du récent rapport : ‘Le futur du tourisme : grandes tendances, recommandations et plan d’actions pour préparer l’avenir’.


Que ce soit en raison du positionnement de la Région, 1ère destination touristique nationale, ou en réponse au changement profond des tendances de voyage, l’écotourisme est, comme souligné par Madame la Ministre dans son mot d’ouverture, plus pertinent que jamais. « L’écotourisme, c’est d’abord, une démarche inclusive, qui est engagé en faveur d’un développement durable, c’est le petit frère du développement durable, et qui va permettre de préserver la biodiversité de la faune et de la flore mais aussi les ressources culturelles et les traditions humaines, propres à chaque Région et dont Marrakech-Safi regorge ». Néanmoins, il s’agit aussi d’une chaine de valeurs transversale complexe, qui nécessite une harmonisation des politiques et le renforcement de son cadre règlementaire, pour le plein déploiement de son potentiel.

Avec 17 projets touristiques validés par la Commission Régionale Unifiée de l’Investissement (CRUI) pour un montant d’investissement projeté de 2.3 Milliards de Dirhams en pleine pandémie, un vent d’espoir et d’optimisme souffle sur le secteur du tourisme. Et l’écotourisme n’est pas en reste. Présenté par Yassine Mseffer, Directeur Général du Centre Régional d’Investissement de Marrakech-Safi, cette tendance qui s’accélère a déjà de belles émergences dont elle peut être fière. Les projets, en montagne, dans le désert d’Agafay ou sur le littoral, sont autant d’exemples à célébrer. Préparer Marrakech-Safi afin que celle-ci propose des offres écotouristiques intégrées, voilà l’ambition de la Région, matérialisée par une première action pilote avec création du concept d Eco-Village à Sidi Kaouki orienté durabilité, bien-être et, tourisme responsable. Un appel à projets est en cours jusqu’au 21 juillet 2021.

Un positionnement qui apparait comme étant un choix naturel et une orientation qui fait sens pour la Région. Monsieur Imad Barrakad Président du Directoire de la SMIT, n’a pas manqué de souligner que les opportunités à saisir sont nombreuses tant la diversité des paysages y invite, avant d’ajouter que l’artisanat, les villages typiques de la Région, la richesse culturelle ou encore l’hospitalité légendaire des communautés locales, sont autant de potentialités et d’atouts encore insuffisamment valorisés et qui pourtant sont des composantes essentielles à exploiter pour créer l’identité écotouristique régionale. Il faut en effet, « construire cette identité touristique et territoriale pour pouvoir générer cette expérience authentique et personnalisée ». Associer l’innovation, le digital et l’écotourisme ouvre davantage encore le champ des possibles, telle est l’idée que l’on retient de l’exemple du Parc du Toubkal présenté par M. Barrakad, pour lequel sont explorées aujourd’hui les possibilités de loisirs conçus autour du gaming et des jeux d’aventure et courses d’orientation.

Le Parc du Toubkal est aussi un des exemples choisis par M. Hamid Bentahar, Président du Conseil Régional du Tourisme de la Région Marrakech-Safi, pour illustrer le projet des itinéraires touristiques développés par le CRT, en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes de la Région. « 7 vallées à votre disposition, pour imaginer, ensemble, dans le cadre d’un programme intégré, et d’une démarche de valorisation, des opportunités pour les passionnés de développement durable ». En effet, les Itinéraires bleu, vert ou ocre, pour Océan, Montagne et Désert, sont une invitation à l’écotourisme et au voyage responsable. Ceux-ci ont été pensés pour permettre l’éclosion d’un entreprenariat local, réinventer le voyage, tout en construisant un écosystème plus résilient. Un beau projet qui fait suite aux travaux stratégiques initiés et qui visaient la relance de la compétitivité des acteurs, l’emploi et l’investissement dans la Région.

Le chemin de la résilience que décrit M. Bentahar fait écho aux travaux de recherche menés par Mme Armelle Solelhac. Experte du domaine, cette dernière a analysé les 8 tendances du Tourisme Futur. Celles- ci incluent notamment l’émergence d’un tourisme « hyper déconnecté », pour lequel l’absence de connexion internet devient un atout majeur. Mme Armelle évoque aussi dans ses recherches le Green Tourisme, qui révèle le besoin grandissant pour les visiteurs de trouver du sens à leurs voyages, ou encore le tourisme régénératif, consistant lui à laisser la destination dans un meilleur état que celui dans lequel on l’a découverte. Armelle Solelhac souligne aussi l’émergence de « Beaucoup d’initiatives où il ne s’agit plus simplement de consommer pour consommer, mais de devenir ou redevenir un Consom’Acteur et de transmettre aussi de ses connaissances et de sa richesse personnelle et pas seulement de puiser de la richesse des autres ».

Des tendances qui corroborent les analyses de fond menées par le CESE dans le cadre de l’exploration de l’avenir du tourisme, avec une conclusion phare mise en exergue par M. Ghannam, « ce n’est plus un luxe de dire que nous sommes dans le tourisme durable, c’est plutôt une forme d’obligation ». Promouvoir un tourisme responsable, pour reprendre les mots de Yassine Mseffer, « c’est la promotion d’un emploi stable et surtout de proximité et le développement de tout un écosystème qui permettra d’auto-employer et d’employer les gens au plus près de leurs habitations. C’est tout l’intérêt de l’écotourisme car celui-ci permet de mobiliser le capital humain sans impacter la répartition des forces vives dans la Région. »

Monsieur James Mc Gregor, Paneliste et fort de plus de 35 ans de carrière dédiée à l’écotourisme, reprenant les mots de Dr Taleb Rifai, ancien Secrétaire Général, OMT, souligne que « le tourisme ne rebondira pas… il sautera dans un nouveau monde ». Un monde où voyager rimera avec intention, conscience, et impact, et où les normes d’hygiène, de propreté seront cruciales. Point par rapport auquel M. Mc Gregor n’a pas manqué de saluer l’initiative avant-gardiste entreprise par le Maroc avec la création du label « Welcome Safely ». Il s’agira donc de professionnaliser l’offre et de renforcer la labellisation de la destination pour lui offrir encore plus de visibilité et s’adapter au grand chamboulement des tendances. En effet, « la pandémie a complètement changer la mentalité du client, la mentalité de l’industrie et la structure de celle-ci » mais c’est aussi « la première fois depuis 30 à 40 ans qu’on a la chance de rebâtir le secteur touristique dans un sens plus agréable pour le client, pour l’environnement et pour les acteurs touristiques ».

Des axes qui correspondent aussi au projet ambitieux de tourisme durable Suisse-Maroc, présenté par Madame Bouchra Boutaleb. Ce projet inclut l’identification des attraits touristiques du territoire et la valorisation de ces atouts en destination signature. Le modèle pilote développé dans la Région de Béni-Mellal-Khénifra et qui pourra être dupliqué sur d’autres territoires, couvre trois axes dont un premier portant sur « l’organisation d’une gestion de la destination, avec un système de labellisation qui va promouvoir cette destination dans son ensemble ». Un angle qui souligne donc l’importance d’une reconnaissance par le touriste étranger des indicateurs de qualité, de services, etc.

Des projets ambitieux et des panelistes engagés et passionnés, tels sont les éléments clés que l’on retiendra de cette édition. La conversation pourra se poursuivre dans les semaines à venir lors de la « Marrakech Investment Week » organisée à partir du 29 Juin prochain par le Centre Régional d’Investissement de Marrakech-Safi.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page