Éco-Business

Système bancaire : performances mitigées au 1er semestre 2020

Bank Al-Maghrib revient sur les performances réalisées par les différentes composantes du système bancaire national au titre du premier semestre 2020.

Sans surprise, le système bancaire national a été impacté par les effets de la crise sanitaire. Suite à la publication du tableau de bord du système bancaire national à fin juin 2020 par Bank Al-Maghrib (BAM), la rentabilité des banques a chuté malgré une hausse du PNB et une meilleure gestion des charges. On observe au niveau du tableau de bord une baisse accentuée du résultat net des banques. Il s’est établi en effet à 4 MMDH, en baisse de 46,5% comparé au niveau atteint au premier semestre 2019. Cette chute est en effet, imputée principalement aux dons au fonds de soutien Covid-19 ainsi qu’à l’explosion du coût du risque.


Les banques en perte de vitesse
Cependant, au titre des six premiers mois de l’année 2020, le Produit net bancaire s’est légèrement amélioré et s’est apprécié de 2,3% pour atteindre les 26,5 MMDH à fin juin 2020. Le résultat brut d’exploitation a aussi enregistré une hausse de 1,1% passant en une année de 14,5 MMDH à 14,6 MMDH. S’agissant du coefficient moyen d’exploitation, le secteur bancaire a profité d’une baisse de 0,9%, passant de 46,1% à fin juin 2019 à 45,7% à fin juin 2020, ce qui traduit une meilleure maitrise des charges de la part des banques. Le taux de rendement moyen des emplois a de son coté chuté de 2,4% revenant à 4,49%. Par ailleurs, au premier semestre 2020, les banques du Maroc ont réalisé un total bilan de 1,485 MMDH, en amélioration de 6,3% par rapport aux performances réalisées à la même période une année auparavant. Cependant, BAM explique dans son tableau de bord que la part des trois premières principales banques nationale, dans le total actif, s’est rétractée de 1,2% sur cette période. Pour ce qui est du dépôt clientèle, il s’est consolidé au titre du premier semestre de l’année pour atteindre 974 MMDH. Ce qui représente une évolution de 4% en glissement annuel. Concernant les créances en souffrance brutes, elles se sont accrues de 12,5% au premier semestre, atteignant un montant global de 76,8 MMDH. Leur taux s’est ainsi situé autour de 8% contre 7,5% observé au même semestre 2019. S’agissant de structure des dépôts, la banque centrale constate une prédominance des comptes à vue créditeurs. Ils représentent en effet 64,6% des dépôts. Les dépôts à terme représentent 17% de la structure globale des dépôts contre 15,6% pour les comptes d’épargne.

Hausse des créances en souffrance
Bank Al-Maghrib a également livré les indicateurs d’activités des sociétés de financement, pur la même période. Les performances de cette branche financières sont globalement bonnes. En effet, les fonds propres se sont améliorés au premier semestre de l’année 2020 de 7,5% passant en une année de 11,5 MMDH à 12,4 MMDH. Le total bilan a progressé de 1,4% atteignant ainsi les 119,7 MMDH dont 57,6 MMDH générés par les sociétés de crédit à la consommation et 50,7 MMDH des sociétés de leasing. La banque centrale précise que la part des trois premières sociétés de crédit à la consommation est restée pendant la période étudiée, relativement stable à 62%. Pour ce qui est du taux de créances en souffrance il s’est élevé à 11,1% à fin juin 2020 contre 9,3% enregistrée au premier semestre 2019 enregistrant ainsi une hausse de 19,4%. Ce taux se situe à 12,9% pour les sociétés de crédit à la consommation, en hausse de 27,7% et à 10,8% pour les sociétés de leasing (+10,2%). Par ailleurs, les résultats financiers des sociétés de financement affichent une baisse de 5,4% de leur produit net bancaire, ainsi que du résultat brut d’exploitation qui s’est détérioré de 5,6%, et leur résultat net a baissé de 83,2%.

Retrait du taux de bancarisation
Pour ce qui est du taux de bancarisation au Maroc. Il ressort à 78% au premier semestre 2020 contre 79% en 2019 et 76% en 2018. S’agissant de la structure globale du système bancaire national, elle est composée de 90 établissements de crédit et assimilés dont 19 banques, 5 banques participatives, 27 sociétés de financement, 6 banques offshore, 12 associations de microcrédit et 19 établissements de paiement. Bank Al-Maghrib note une légère baisse du nombre de guichets sur le territoire national, qui se sont élevés à 6.367 à fin juin 2020 contre 6.406 à fin 2019. Le nombre d’habitants par guichet a, de son coté, progressé passant de 5.500 à fin 2019 à 5.500 au premier semestre 2020. 

Sanae raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page