Éco-Business

SNRT. Objectif: reconquérir une audience accro au web

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Miser sur le digital, la vidéo à la demande (VOD) et la force d’innovation marocaine. Tel est le pari de la SNRT pour regagner le cœur des jeunes et une partie de son audience très présente sur le web. L’ambition est louable, mais le nouveau pôle audiovisuel public ne met-il pas la barre trop haut ? Les résultats nous le diront. De son côté, Fayçal Laraïchi affiche son optimisme pour l’avenir du service public audiovisuel marocain.

Après plusieurs années d’évaluation et de réflexion concernant les sitcoms, la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT) compte abandonner leur diffusion en prime-time, au profit des feuilletons marocains. L’annonce a été faite dans la foulée des déclarations de Fayçal Laraïchi, PDG de la SNRT, cette semaine lors de la réunion de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des députés consacrée aux présentations de la SNRT et de Soread 2M.


Ladite réunion a été tenue en présence du ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Othman El Ferdaous. Sur la question des procédures de sélection des programmes de production externe et de coproduction, ainsi que les opérations de lancement des appels d’offres pour la réalisation des productions du mois de ramadan, Laraïchi s’est prononcé sur l’article 193 du cahier des charges de la SNRT, adopté depuis 2012, et qui réglemente la sélection des programmes de production externe et de coproduction.

«De par sa composition, la procédure actuelle est profitable aux grandes sociétés de production. Après sa mise en œuvre, le nombre de sociétés dont les projets ont pu remporter des offres d’appels à l’issue des différentes étapes de sélection est passé de 118 en 2012 à 38 en 2013. Cette baisse s’est, d’ailleurs, étalée sur les années suivantes», a-t-il expliqué.

Ne cachant pas son optimisme quant à l’avenir du service public audiovisuel marocain, le dirigeant a souligné la nécessité d’offrir aux jeunes Marocains de nouveaux modes de consommation du contenu audiovisuel afin de répondre à leurs attentes. En effet, cette orientation stratégique demeure le plus grand défi pour le service médiatique public. Pour ce faire, la SNRT compte s’appuyer sur la force d’innovation marocaine avec des jeunes ingénieurs et techniciens nationaux.

Les projets digitaux de la SNRT
Pour accompagner sa stratégie digitale, Laraïchi révèle que la SNRT a créé une structure des «solutions numériques» spécialisée en exécution des projets. Sa mission étant d’offrir le soutien et l’accompagnement nécessaires pour garantir une présence numérique unique et innovante avec une expérience usager riche et attirante permettant d’accéder facilement au contenu. Pour consolider les projets existants, d’autres plus novateurs seront bientôt lancés. Il s’agit, entre autres, une solution propriétaire 100 % marocaine de «vidéo à la demande» (de l’anglais «video on demand» – VOD).

Ainsi, la SNRT compte, à travers cette plateforme, enrichir son offre digitale et s’offrir une opportunité pour conquérir une catégorie d’audience très présente sur le web. Rappelons que la société possède un patrimoine regorgeant d’archives et de contenus propres, composé, au cours des 20 dernières années, de 500 épisodes de feuilletons, 50 téléfilms et entre 80 et 100 documentaires par an. De ce fait, cette VOD agira comme une vitrine de ce contenu et constituera une occasion pour donner une seconde vie à ce patrimoine audiovisuel. De plus, l’accompagnement de la programmation des nouvelles productions phares de la SNRT sera assuré par un dispositif digital «second screen» adapté au concept du programme et à son public cible à travers des plateformes digitales dédiées.

Chaîne Tamazight : Déjà 10 ans d’existence
Lors de la réunion de la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des députés, consacrée aux présentations de la SNRT et de 2M, tenue mardi 25 mai, Mohamed Mamad, directeur central des chaînes amazighs, a présenté le bilan des 10 ans de la création de la chaîne «Tamazight». À cette occasion, il a indiqué que la chaîne Tamazight est un service public qui a été créé par des cadres marocains relevant de la SNRT, que ce soit sur le plan technique ou journalistique ou encore administratif.

Il a aussi mis en lumière le rôle de la chaîne dans la gestion de la diversité culturelle et linguistique au Maroc et sa contribution dans le développement des relations entre les Marocains Résidents à l’étranger (d’expression amazigh) et leur pays d’origine. Ensuite, il a rappelé les avantages de la diffusion multipistes en trois composantes de la langue amazigh (Tachelhit, Tarifit et Tamazight) qui vise l’unité linguistique des diverses composantes de la deuxième langue marocaine, et reflète, par la même occasion, la contribution de la SNRT dans la mise en application de la langue nationale en expression amazigh après sa constitutionnalisation.

Un riche bilan de productions
Outre la mise en œuvre de grands chantiers, dont la diffusion simultanée dans les trois composantes de la langue amazigh et la mise en place de News Room, Mohamed Mamad a donné un aperçu sur les productions, au cours de ces 10 années. En effet, la chaîne Tamazight a produit 160 téléfilms dans les trois affluents, 25 feuilletons et 4 sitcoms, soit 525 heures d’émission. De surcroît, la chaîne a doublé 16 feuilletons en amazigh et produit 146 documentaires. En outre, la production interne de la chaîne est passée de 6 programmes en 2010 à 32 en 2019. Le tout en acquérant les droits de diffusion de 44 pièces de théâtre en trois composantes de la deuxième langue marocaine (Tachelhit, Tarifit et Tamazight) au moment où la chaîne ne comptait aucune pièce de théâtre à son actif. 

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page