Éco-Business

Simohamed Azzouz : “L’avenir est dans l’irrigation de précision”

Entretien avec Simohamed Azzouz, Directeur général de Magriser

Quels sont les enjeux du secteur de l’irrigation au Maroc ?
Le stress hydrique que connaît notre pays, et qui va tendre à s’exacerber durant la prochaine décennie, représente un challenge technique de taille. De même, les notions de durabilité et de préservation de notre environnement sont des sujets importants. Comment rendre notre agriculture rentable mais aussi durable ? Pour résoudre ces problématiques, la micro-irrigation, comme nous la connaissons, devra laisser place à l’irrigation de précision. Cette nouvelle approche combine la technologie aux techniques classiques de micro-irrigation dans le but d’augmenter significativement les rendements et, de ce fait, répondre à l’accroissement démographique. Avec l’irrigation de précision, nous parvenons à définir avec justesse la quantité d’eau nécessaire, en fonction de facteurs tels que la capacité du sol à absorber l’eau mais aussi le besoin réel de la plante. D’autre part, les eaux usées peuvent aussi être utilisées grâce à l’irrigation de précision.

Quelle est la valeur ajoutée de votre implantation à Dakhla ?
Notre implantation à Dakhla relève d’un objectif double. Elle nous permet d’accompagner de grandes exploitations marocaines qui s’y installent et, par la même occasion, s’inscrit pleinement dans notre souhait de devenir une société panafricaine. Grâce aux nouvelles infrastructures, notamment le nouveau port de Dakhla, nous espérons utiliser Dakhla comme point d’entrée aux marchés subsahariens.

Comment se dessine votre stratégie pour le Maroc et l’Afrique ?
Magriser a été pionnier dans l’introduction des systèmes de micro-irrigation au Maroc en 1987. Cet esprit pionnier est toujours inscrit dans notre culture d’entreprise. Nous continuerons à soutenir le développement de notre agriculture à travers nos solutions technologiquement avancées en mettant un point d’honneur à la durabilité. Notre département pompage solaire en est l’exemple. En ce qui concerne l’Afrique, le potentiel agricole est considérable, 60% des terres arables mondiales non exploitées y sont concentrées. Nous espérons contribuer à notre humble niveau à l’adoption des systèmes d’irrigation. L’ouverture de notre filiale, Magriser Africa, à Dakar, est le témoignage de notre engagement.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page