Éco-Business

Semaine nationale de l’artisanat : plus qu’une culture, c’est l’histoire d’un peuple

Le monde ancestral de l’artisanat reflète le patrimoine et les valeurs culturelles du pays. Absente pendant deux ans en raison de la crise sanitaire, la 7e édition de la Semaine nationale de l’artisanat (SNA) revient pour enraciner davantage les richesses de ce précieux patrimoine national.

Entre arts de la table, ameublement, bijoux, habillement et autres, le choix est multiple avec des matières diverses travaillées à la main par des artisans confirmés, qui transmettent à leur tour leur savoir-faire, de génération en génération. Toutes ces richesses sont mises en avant à Marrakech, où se déroule, à partir du lundi 5 décembre, la 7e édition de la Semaine nationale de l’artisanat.

Organisé par le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, en collaboration avec la maison de l’artisan, cet évènement intervient dans le cadre de la nouvelle stratégie du ministère de tutelle qui ambitionne de promouvoir le produit artisanal sur le marché local tout en accélérant les partenariats commerciaux à l’international. 500 personnes participent à cette édition, où se côtoient, notamment, institutionnels, dirigeants d’entreprises, acheteurs professionnels, designers et journalistes pour débattre, avec des conférenciers de renom, autour du thème «L’artisanat, un savoir-faire ancestral unique au service du développement inclusif et durable».

Il faut savoir que le secteur de l’artisanat joue un rôle de catalyseur dans le développement socioéconomique du pays avec 172 métiers employant quelque 2,4 millions de personnes soit 22% de la population active occupée du Maroc (47% dans l’artisanat de production et 53% dans l’artisanat de service). Il participe ainsi à hauteur de 7% dans le PIB national. Important générateur d’emplois, il contribue également à une meilleure répartition des richesses, et constitue un important vecteur de promotion et d’utilisation d’énergie propre, vu la prédominance de ses composantes faites à la main.

L’artisanat à l’honneur de plusieurs salons
Le tapis marocain est un héritage que le Royaume s’emploie à perpétuer. Prenant de plus en plus conscience de sa richesse culturelle, le Maroc multiplie les actions pour faire mieux connaître ce patrimoine. Ainsi, Marrakech Carpet Fair, qui se tient du 5 au 7 décembre est un salon entièrement dédié au tapis fait-main, un produit phare de l’artisanat marocain à l’international, porte-étendard du savoir-faire des maîtres artisans.

À noter, par ailleurs, que le Salon régional de l’artisanat aura lieu du 7 au 13 décembre à Agadir, à l’initiative de la Chambre régionale de l’artisanat (CRA) de Souss-Massa. Cet événement, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la CRA pour la promotion et la commercialisation des produits de l’artisanat, est une occasion pour présenter les différents produits de la Région et souligner le rôle majeur joué par les artisans dans la préservation du patrimoine marocain authentique.

Stratégie de développement à l’horizon 2030
Afin de relancer la dynamique commerciale, il va de soi qu’il est important d’accompagner les professionnels. C’est dans cette optique que le ministère ambitionne de créer «un artisanat modernisé, créateur de valeur, compétitif et structuré». Pour ce faire, il a mis en œuvre une stratégie ‘’Vision 2030’’ qui s’appuie sur quatre enjeux. Le premier concerne la structuration et l’accompagnement des acteurs.

Le deuxième porte sur la modernisation des filières via l’optimisation de leur business models. Quant au troisième, il s’agit de la valorisation de l’humain. Et enfin, le dernier enjeu repose sur le renforcement et l’optimisation de l’organisation institutionnelle. Il convient de rappeler que les exportations des produits artisanaux ont augmenté de 17% au cours des neuf premiers mois de 2022 en glissement annuel, et de 23% par rapport à l’année 2019, selon les chiffres communiqués par Fatim-Zahra Ammor.

La ministre a également précisé que l’artisanat a connu un essor important depuis la reprise du secteur du tourisme, indiquant que cette dynamique a eu un impact positif sur les exportations nationales en la matière. Et d’ajouter que la stratégie du ministère, dans le secteur de l’artisanat, repose sur deux axes principaux, à savoir la structuration et l’organisation des activités, ainsi que le développement de l’offre en produits artisanaux, leur promotion et leur commercialisation.

La ministre a fait savoir que le département a élaboré l’ensemble des décrets d’application de la Loi 50.17 portant réglementation des activités artisanales, qui organise 172 professions de cette industrie de produits et de services, rappelant la mise en place, par le ministère, d’une plateforme électronique permettant aux professionnels de s’inscrire au Registre national de l’artisanat et de s’affilier à la Caisse nationale de la sécurité sociale. Pour ce qui est du nombre d’inscrits sur la plateforme, il a atteint 305.000 professionnels, a-t-elle précisé, expliquant que ladite plateforme permet également la protection des artisans et des consommateurs qui peuvent s’adresser directement à des professionnels référencés.

Au niveau de la production et de l’offre, le ministère œuvre à promouvoir le système de formation professionnelle et à relever la capacité d’accueil des instituts dédiés, de 16.000 à 30.000 places d’ici 2026, ajoutant qu’un programme portant sur la réhabilitation de 64 infrastructures de commercialisation et de production est en cours d’achèvement. Fatim-Zahra Ammor a, par ailleurs, souligné qu’au cours de cette année, le ministère a poursuivi la mise en œuvre effective de la loi n°50.17 précitée tout en œuvrant au renforcement des efforts de promotion des produits du secteur et à l’accompagnement de ses acteurs.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page