Éco-Business

Secteur minier. Explorations : l’ONHYM ne chôme pas

L’Office national des hydrocarbures et des mines passe au peigne fin tout le pays à la recherche de métaux précieux, métaux de base, roches et minéraux industriels. L’entreprise qui veut se positionner dans le marché des nouvelles filières autour des ressources du sous-sol national ne craint pas l’aventure.

En matière d’exploration minière, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) met le turbo. Le bilan des travaux réalisés par l’Office au cours des dernières années est éloquent et se décline autour de cinq axes principaux. En reconnaissance minière, dont l’objectif est de circonscrire de nouvelles cibles, des campagnes de recherche stratégique sur de larges superficies et des projets intégrés ont été réalisés sur l’Anti Atlas, les provinces du Sud et le Maroc central. Les nouvelles zones de métaux précieux et métaux de base identifiées font l’objet de contrôle et vont permettre d’alimenter le portefeuille des projets de l’Office. Pour les métaux précieux, situés dans les terrains les plus anciens de l’Anti-Atlas et des provinces du sud et qui occupent une part importante de l’activité de l’ONHYM, plusieurs gisements ont été découverts, développés et pour certains cédés.


Concernant les métaux de base, les travaux ont concerné la poursuite du développement des gisements polymétalliques des Jebilet-Guemassa en partenariat avec Managem, une province connue pour les gisements de Hajjar, Draa Sfar, Koudiat Aicha…découverts et cédés par l’ONHYM, des prospects polymétalliques à or-argent dans l’Anti Atlas oriental, des minéralisations cupro-cobaltifères du Haut Atlas occidental et cuprifères dans l’Anti Atlas, et les prospects à Zn-Pb de type MVT dans l’Oriental, où un prospect très prometteur vient d’être découvert dans la province de Jerada. Les travaux en partenariat ont porté sur le projet de Rhouiret Nhas (polymétallique) avec HSMM (Chine), le domaine Imilchil (Cu, Ni) avec NAN (Canada), les gisements de talc de Nkob et du fer d’Ait Amar avec MECTP (Maroc).

Roches et minéraux industriels
Pour les roches et minéraux industriels, les travaux propres ont permis de circonscrire des zones très potentielles pour les dolomies industrielles et de poursuivre le développement du nouveau prospect de sables siliceux de Toulal (province de Meknès), ainsi que la potasse dans le bassin de Boufekrane (province d’El Hajeb) et le lithium dans le massif de Rhamna. Les travaux en partenariat ont été menés : avec la société espagnole Tolsa sur les bentonites de la région de Nador (où plusieurs gisements cédés à cet opérateur sont en exploitation) et l’andalousite de Sidi Bou Othmane (province de Rehamna) ; avec l’OCP pour le développement du gisement de potasse de Khémisset et avec la société espagnole Inversiones Monte Olimpo pour celui de la magnésite de Boudkek (province de Chefchaouen). Dans le but de lancer de nouvelles filières autour des ressources du sous-sol national et tenant compte des tendances énergétiques et industrielles, l’ONHYM a entrepris des travaux et a identifié des zones favorables à la géothermie, le CO2, l’hydrogène naturel et l’hélium.

Un intérêt particulier pour les provinces du Sud
Les provinces du Sud où l’ONHYM a lancé les premiers travaux en 2002, captent aujourd’hui la majeure part des investissements en exploration minière de l’Office. Ces zones ont été, jusqu’à 2002, les moins explorées du pays et aucune donnée bien documentée et fiable sur leur géologie et leurs potentialités n’était disponible. Après une première phase stratégique par géophysique aéroportée, géochimie régionale, télédétection et cartographie géologique, plusieurs indices en métaux de base, métaux précieux et métaux stratégiques ont été découverts. Les provinces du sud ont fait également l’objet d’une étude sur leurs potentialités géothermiques, et qui a abouti, lors de la première phase, à identifier des zones très prometteuses dans le bassin de Tarfaya –Laayoune – Dakhla. En termes de perspectives, les axes de développement pour les trois prochaines années sont nombreux. Couvrant l’ensemble des régions du royaume , l’ONHYM va continuer le développement des projets jugés les plus potentiels dans le cadre d’une maximisation des chances de découverte, de l’optimisation du portefeuille et de la responsabilité sociale et environnementale. L’objectif étant de faire avancer ces projets à la phase du développement avant de passer à leur mise en exploitation, dans le cadre de partenariats, si les conclusions technico-économiques sont favorables.

Abdellah Mouttaqi
Secrétaire Général de l’Office National des Hydrocarbures et des Mines

Dans sa planification, l’ONHYM tient compte des transformations et des mutations induites par les tendances nationale et internationale, comme la transformation digitale, la transition énergétique, la croissance des TIC et l’intégration des données géoscientifiques. L’ONHYM va poursuivre la réalisation des campagnes sur de larges superficies afin de continuer à alimenter son portefeuille des projets.

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco Docs

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page